Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'hôpital de Châteauroux mis en cause dans la prise en charge d'une nonagénaire

mardi 12 juin 2018 à 7:12 Par Sarah Tuchscherer, France Bleu Berry

Un Castelroussin envisage de porter plainte contre l'hôpital de la ville. Il dit avoir été choqué par la manière dont sa mère, nonagénaire, a été transférée vers un centre de soins de suite.

Ambulance privée (illustration)
Ambulance privée (illustration) © Maxppp - Jean-François Frey

Châteauroux, France

L'hôpital de Châteauroux est mis en cause par le fils d'une patiente. Une dame âgée de 91 ans, admise début mai pour une fracture de la jambe. Quelques jours après son opération, elle est apte à quitter sa chambre d'hôpital, le problème c'est qu'aucune place n'est disponible dans les centres de soins de suite du département. Ça n’est que la semaine dernière, le 6 juin, qu'on lui propose d'intégrer celui de Valençay. Or, cette solution ne convient pas à son fils, Jacky, qui veut pouvoir suivre au plus près l'évolution de la santé de sa mère : « Compte tenu de son état, elle souffre de DMLA et a des difficultés de mastication, j’avais pris l’habitude de la faire manger midi et soir. Faire tous ces kilomètres, à mon âge, ça pose problème ». Il signifie son refus à l'administration. 

Deux versions divergentes

A partir de là, les versions divergent. Jacky affirme que sa mère a été prise de panique et qu'elle a réclamé qu'on la laisse auprès de son fils. Elle aurait aussi menacé de se suicider en cas de transfert à Valençay. Face à ces difficultés, l'équipe de l'hôpital aurait contacté le service de sécurité : « des grands gaillards d’1,90m, plus grands que moi. On lui a fait du chantage : soit vous allez à Valençay soit on vous dépose sur le trottoir et votre fils se débrouillera. C’est quand même assez extravagant d’entendre des propos pareils de la part d’un établissement public comme celui de Châteauroux ».

La direction de l'hôpital, elle, dément tout incident. Selon le directeur-adjoint, Cédric Maréchal, « tout a été fait dans l’intérêt de la patiente. En restant alitée, elle risquait d'avoir des escarres. Sa place était dans un centre de soins de suite ». Il ajoute que la famille ne souhaitait pas une hospitalisation à domicile et que la recherche de place de SSR (Soins de Suite et de Réadaptation) se fait toujours à l'échelle du département. Cédric Maréchal prend enfin la défense de son personnel, expliquant qu'il se trouve souvent confronté à la colère des familles, le manque de médecins dans la région engendrant une certaine tension. 

L'affaire pourrait se régler devant la justice. Jacky envisage de porter plainte auprès du procureur de la République. Il souhaite aussi saisir le tribunal administratif de Limoges.