Société

Paris : l'hôpital Pompidou toujours sous le choc après le suicide d'un cardiologue

Par Marion Aquilina, France Bleu Paris et France Bleu lundi 18 janvier 2016 à 20:07

L'hôpital européen Georges Pompidou à Paris.
L'hôpital européen Georges Pompidou à Paris. © Maxppp - Francois Lafite

Un mois après le suicide d'un cardiologue à l'hôpital Georges Pompidou à Paris, l'émotion est encore forte pour les gens qui travaillent sur place. Chaque semaine, certains viennent en pleurs auprès des syndicats pour appeler à l'aide. Un rapport publié lundi souligne ce malaise.

À Paris, le 17 décembre dernier, un médecin s'est jeté du 7ème étage de l'hôpital Georges Pompidou. Un rapport de la commission mise en place par l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris a été rendu ce 17 janvier. On peut lire dans ce rapport que le suicide est "révélateur de dysfonctionnements" qui ont nourri un "grave conflit" entre médecins. Un mois après l'événement, le personnel de l'hôpital est encore sous le choc. 

"De plus en plus de personnes sont en arrêt maladie"

 Claire est aide-soignante à l'hôpital Georges Pompidou depuis dix ans. Elle trouve ça "hyper grave, qu'au travail on arrive à pousser les gens à bout comme ça." L'atmosphère était déjà morose à l'hôpital Georges Pompidou et le suicide du cardiologue Jean-Louis Mégnien n'a rien arrangé. Apollinaire Bonnereau du syndicat Sud Santé constate tous les jours un mal-être chez le personnel : "Il n'y a pas une semaine où on ne récupère pas des gens en pleurs dans notre section syndicale. Ils ont vécu quelque chose de traumatisant et l'ambiance de travail est tendue."

Apollinaire Bonnereau, syndicat Sud Santé.

C'est aussi le temps des questions : "Qu'est ce qui a été fait ou n'a pas été fait qui aurait peut-être pu permettre d'éviter ça ?" Le professeur Philippe Ménasché y pense tous les jours : "Il y a dans l'hôpital des situations de tension, de conflit et de souffrance et en milieu hospitalier on n'en prend pas suffisamment la mesure. On n'a peut-être pas les outils, on ne s'est peut-être pas doté des procédures. En tout cas, il faut que ce drame serve à ça."

Pour les syndicats, il faut aussi que ce drame appelle un changement pour que l'hôpital ne soit plus pensé comme une entreprise. Ils envisagent de lancer un appel à la grève dans les prochaines semaines.**

>>> VOIR AUSSI :** Ouverture d'une enquête préliminaire après le suicide d'un médecin.

Rencontre avec le personnel de l'hôpital Georges Pompidou, sous le choc.