Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 12 blessés

Société

L'horizon s'éclaircit pour Aboubacar Camara, l'attaquant du SC Hazebrouck

mardi 4 décembre 2018 à 3:01 Par Thomas Schonheere, France Bleu Nord

L'attaquant guinéen du SC Hazebrouck a reçu son récépissé de demande de titre de séjour temporaire. Jusque là menacé d'expulsion, Aboubacar Camara va pouvoir continuer de jouer au sein du club qui l'a soutenu tout au long de la procédure.

Le président du SC Hazebrouck, Jacques Claeys, aux côtés d'Aboubacar Camara
Le président du SC Hazebrouck, Jacques Claeys, aux côtés d'Aboubacar Camara © Radio France - Thomas Schonheere

Hazebrouck, France

Aboubacar Camara a retrouvé le sourire. Menacé d'expulsion, l'attaquant guinéen du SC Hazebrouck vient d'obtenir son récépissé de demande de titre de séjour temporaire, un document qui lui permet de rester au club pour lequel il joue depuis maintenant un an et demi. "C'est un gros soulagement", sourit le jeune homme de 25 ans, meilleur buteur de Régional 1 la saison passée.

"Je ne dormais plus"

Aboubacar Camara, surnommé "Abou" à Hazebrouck, est arrivé en France en 2011. Cet automne, le Guinéen a été placé en centre de rétention avant d'être assigné à résidence, sous le coup d'une menace d'expulsion. "Je ne dormais plus, raconte le joueur. J'étais sur le terrain mais ma tête était autre part. Si je partais, je perdais tout ce que j'avais construit ici."

Le club, bien sûr, s'est mobilisé pour aider son attaquant star, aux côtés du maire de la commune, des supporters, des habitants, etc. Après avoir fourni des documents jugés "faux" par la préfecture, Aboubacar Camara a pu obtenir les papiers demandés par l'administration, ce qui a permis que son dossier soit réexaminé. 

"Il était perdu, se souvient Jacques Claeys, le président du club. Je ne pense pas que la mobilisation ait influencé cette décision de la préfecture. Mais cela a permis à l'administration et à Monsieur le préfet de se pencher une nouvelle fois sur la situation d'Abou, avec les nouveaux éléments que nous avions découverts."

Le titre de séjour d'Aboubacar Camara tient jusque fin juillet 2019, de quoi finir sereinement la saison. L'attaquant et le club feront ensuite de nouvelles démarches pour que ce titre de séjour soit prolongé. "Evidemment que ma vie est en France, explique le jeune homme. Je vais rester ici pour faire encore grandir mon club et pour donner ce que je sais faire aux jeunes."