Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société

"L'illettrisme doit être considéré comme un handicap"

vendredi 11 septembre 2015 à 8:42 Par Thierry Campredon, France Bleu Belfort-Montbéliard

Le relais amical Malakoff Médéric Franc-Comtois organise régulièrement des stages pour les personnes souffrant d'illettrisme, l'objectif étant de les aider à se réinsérer et reprendre confiance.

© Radio France - France Bleu

Montbéliard, France

"Il ne faut pas avoir peur de le dire, l'illettrisme est un handicap caché".  Bernard Nussbaumer, le président du relais amical Malakoff Médéric Franc-Comtois le dit ouvertement, "il  est très difficile pour une personne qui ne sait lire ni écrire de faire les démarches pour trouver un emploi".

Des bénévoles au service des associations d'insertion

C'est pourquoi, et pour la deuxième année consécutive, les bénévoles de ce relais d'entraide, organise ce vendredi une conférence sur le thème de l'illettrisme à l'antenne de Montbéliard de la Chambre de Commerces et d'Industries du Doubs. Objectif : faire connaître les actions des accompagnants qui donnent de leur temps dans la lutte contre l'illettrisme. "_Les personnes que nous recevons nous sont envoyées directement par plusieurs associations partenaires comme l'Adapéi, les CCAS qui nous confient des jeunes et des moins jeunes en difficulté et à qui nous tentons de redonner confiance"  _explique Bernard Nussbaumer.

Un travail de longue haleine qui porte ses fruits

Malgré tout, sortir de l'illettrisme, est un travail à long terme, "ce n'est pas en deux ou trois séances qu'on règle le problème"  insiste le président de Malakoff Médéric en Franche-Comté. et de donner un exemple : Nous avons un jeune qui a quitté l'école au niveau du CM1, il est suivi depuis plusieurs mois par deux bénévoles, et pour cette rentrée de septembre, il a demandé à passer à trois séances par semaine car il a repris goût à lire et à écrire"

3 Questions à Bernard Nussbaumer