Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'illettrisme en milieu rural

-
Par , France Bleu Gard Lozère

C’est la semaine nationale de la lutte contre l'illettrisme, organisée pour faire changer le regard porté sur cette situation handicapante. En Lozère, plusieurs dispositifs existent pour aider ces personnes, avec des ateliers pour apprendre à lire et à écrire, pour les petits et grands.

En France, l'illettrisme représente 7% de la population âgée entre 18 et 65 ans, soit 2 500 000 personnes.
En France, l'illettrisme représente 7% de la population âgée entre 18 et 65 ans, soit 2 500 000 personnes. © Radio France - SAID MAKHLOUFI

Mende, France

Direction le nord du département de la Lozère et le petit village de Saint-Alban. Dans cette zone très rurale, une association intervient dans les crèches pour sensibiliser les enfants et surtout leurs parents aux bienfaits du livre. C’est Isabelle Mercier qui va mener l’atelier. Dans son sac, des dizaines et des dizaines de livres qu’elle va faire découvrir. Les échanges se font entre adultes, adultes-enfants et enfants lecteurs vers les plus petits. Isabelle ouvre la séance en proposant une ou deux histoires et une comptine au public. Puis les personnes présentes choisissent des livres pour les découvrir seuls ou les présenter à un plus petit. 

Assis en face d’Isabelle, les plus petits écoutent l’histoire, mais ils ne sont pas les seuls. Pour que l’atelier fonctionne, il faut que les parents soient là. Pendant une heure, avec les enfants sur les genoux, ils vont eux aussi profiter de la séance de lecture, comme Anne-Marie et sa fille Élena.

Isabelle est là pour répondre à une demande, apporter un soutien, encourager la lecture, veiller à ce que chacun ait sa place. L’atelier se termine par l’écoute d’un petit air joué par une boîte musicale à manivelle et par le rangement, avec l’aide des enfants. 

Familiariser très tôt l’enfant au livre apporte des garanties pour plus tard. La garantie de savoir lire et écrire, mais encore faut-il trouver des lieux qui abritent des livres. Si l’association se déplace, ce n’est pas un hasard. En milieu rural plus qu’ailleurs, l’accès au livre est difficile, d’après elle : 

"Il existe un besoin manifeste d’offre d’accompagnement. Le besoin est d’autant plus fort en milieu rural que la mobilité difficile des personnes en situation d’illettrisme est encore limitée par la faiblesse des réseaux de transports publics."

L’association Contelicot, pour laquelle Isabelle Mercier travaille, a été récompensée a deux reprises pour sa lutte contre l’illettrisme. 

Ateliers de lecture d’albums et partage de comptines pour les bébés à partir de 3 jours avec parents à la creche de Saint Alban - Radio France
Ateliers de lecture d’albums et partage de comptines pour les bébés à partir de 3 jours avec parents à la creche de Saint Alban © Radio France - SAID MAKHLOUFI

2,5 millions de personnes touchées par l'illettrisme

Quand on lui a demandé si elle souhaitait accueillir un atelier de lecture parents-enfants, la directrice de la crèche a toute de suite dit oui. Le monde des enfants, Émeline Pages le connaît par cœur : depuis des années, elle voit les habitudes des enfants changer. Très souvent, l’écran a remplacé le livre

Pour elle, il faut transmette aux enfants l’amour de la lecture pour éviter le pire plus tard. Car en France, L’illettrisme représente 7% de la population âgée entre 18 et 65 ans, soit 2,5 millions de personnes en métropole.

Sara est une femme de 51 ans. Une femme qui n’a jamais eu le plaisir de tenir un livre dans ses mains. À Mende où elle vit, elle a longtemps gardé le secret : Sara ne sait ni lire ni écrire

"Tous les jours, je suis en difficulté. C’est une honte de tous les jours, personne ne sait que j’ai ce problème."

Après avoir passé une vie à se cacher, elle a décidé de se prendre en main. Deux fois par semaine, elle se rend au centre d'information des droits des femmes et des familles, dans le centre de Mende. Là-bas, elle suit des cours de français. 

Depuis qu’elle s’est séparée de son mari qui s’occupait des papiers à remplir et du courrier à lire, depuis que ses enfants ont grandi et ont quitté le domicile familial, Sara doit se débrouiller seule. Des cas comme celui de Sara, il en existe des milliers, et il est difficile de les identifier

Reportage de Said Makhloufi

en Lozère le Centre d'information des droits des Femmes et des Familles donne tous les jours des cours aux adultes qui ne savent ni lire ni écrire.  - Radio France
en Lozère le Centre d'information des droits des Femmes et des Familles donne tous les jours des cours aux adultes qui ne savent ni lire ni écrire. © Radio France - SAID MAKHLOUFI

Qui sont ces personnes en situation d'illettrisme ?

  • La moitié a plus de 45 ans. Attention aux idées reçues qui limitent ce phénomène aux classes d’âge les plus jeunes, alors que les difficultés augmentent avec l’âge.
  • Plus de la moitié exerce une activité professionnelle. La lutte contre l’illettrisme touche donc de très près le monde du travail, de l'entreprise.
  • 71 % d’entre elles parlaient uniquement le français à la maison à l’âge de 5 ans. Attention aux idées reçues qui assimilent illettrisme et immigration.
  • La moitié des personnes concernées vivent dans des zones rurales ou faiblement peuplées et 10 % vivent en zone urbaine sensible (ZUS). 
Choix de la station

France Bleu