Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'Indre et le Cher particulièrement concernés par la désertification médicale

-
Par , France Bleu Berry

L'Association des Petites Villes de france publie un rapport sur l'offre de soin. L'Indre et le Cher y sont classés parmi les dix départements où la situation est le plus alarmante.

Le Berry manque cruellement de médecins
Le Berry manque cruellement de médecins © Maxppp - Christelle BESSEYRE / PHOTOPQR/REPUBLIQUE DU CENTRE

Les chiffres du rapport sont éloquents. En moyenne, il faut attendre quatre jours pour voir son médecin traitant, 51 jours pour obtenir un rendez-vous avec un gynécologue et plus de 100 jours pour rencontrer son ophtalmologue. En Berry, plus qu'ailleurs, la situation est alarmante. Avec 223 généralistes dans le Cher et 172 dans l'Indre, les Berrichons ne sont pas tous logés à la même enseigne. 

Des médecins vieillissants

"Sur ma commune, la moitié des dix médecins généralistes en exercice vont partir en retraite à très court terme, dans les 3 ou 4 ans, se désole Marc Millan, maire d'Argenton-sur-Creuse. Alors nous avons pris les devants. Nous avons mis sur pied une maison pluridisciplinaire de santé pour faire venir de jeunes praticiens".

C'est en effet un argument qui semble fonctionner, comme le souligne le rapport de l'Association des petites villes de France. Les jeunes médecins ne souhaitent plus se lancer dans une carrière de médecin de campagne, avec l'isolement et les horaires à rallonge qui vont avec. Désormais, ils privilégient le travail d'équipe, avec des confrères infirmier, kinésithérapeute ou encore dentiste.

D'ailleurs, à Argenton-sur-Creuse, l'argument semble avoir séduit : "Nous avons trouvé un remplaçant pour l'un des médecins qui part en retraite, se réjouit le maire. Mais c'est vrai que chacun tente d'avancer des arguments pour convaincre le médecin de venir s'installer plutôt chez lui que chez le voisin... ça risque de tourner un peu "course à l’échalote". 

Des territoires pas assez attractifs

Le Conseil départemental de l'Indre fait la même analyse : chacun a la même stratégie, multipliant les initiatives pour inciter les médecins à venir s'installer sur son territoire : "Nous proposons des bourses d'études pour ceux qui s'inscrivent en fac de médecine, avec un engagement pour venir s'installer dans l'Indre. Nous avons deux étudiants qui en bénéficient aujourd'hui  " précise Marc Blondeau, vice-président du Conseil départemental de l'Indre en charge de l'action sociale et des solidarité.

L'Indre propose par ailleurs de prendre en charge une partie du loyer des internes qui viendraient faire leur semestre de stage dans le département. 69 jeunes ont pu en bénéficier cette année

Autre dispositif mis en place par le département, l'aide à l'installation des jeunes médecins. "15.000 euros sont prévus pour une première installation, à condition qu'elle soit "définitive". Trois médecins en ont bénéficié, à Déols, Saint Gautier et Martizay" détaille Marc Blondeau. 

Le département participe également à la création de maisons pluridisciplinaire de santé, et d'annexes à ces maisons dans les communes trop petites ou ne répondant pas aux critères pour la création de ces structures. "C'est par exemple ce que nous avons fait à Saint Denis de Jouhet, pour un montant de 50 000 euros" précise Marc Blondeau. Au total, en Berry, on compte une quinzaine de maisons de santé.

Enfin, le Conseil départemental propose de participer au financement de kit de télémédecine. 58 médecins indriens ont bénéficié de cet aide pour un montant de 84.000 euros au total. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess