Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'Indre-et-Loire expérimente un SAS vers l'Emploi destiné aux réfugiés

-
Par , France Bleu Touraine

Pour l'insertion des réfugiés, on connaissait le programme HOPE, hébergement, orientation et parcours vers l'emploi, piloté par le ministère de l'intérieur et le ministère du travail avec les entreprises. L'Etat met maintenant en place le dispositif "SAS vers l'Emploi" avec les associations.

Shaed, Dalya, Jihan, et Ousmane, des réfugiés avides d'apprendre le français pour attaquer au plus vite leur parcours d'insertion professionnelle
Shaed, Dalya, Jihan, et Ousmane, des réfugiés avides d'apprendre le français pour attaquer au plus vite leur parcours d'insertion professionnelle © Radio France - Denis Guey

Indre-et-Loire, France

L'Indre-et-Loire est l'un des départements-phare expérimental pour l'intégration  des réfugiés. A Tours, 19 jeunes réfugiés de moins de 26 ans bénéficient depuis le mois de mars du dispositif baptisé "SAS vers l'Emploi". Ils sont Afghans, Syriens, Iraniens, et Guinéens. Ils suivent d'abord 5 mois de stage de 400H00 au total pour apprendre le français, puis un parcours de 7 mois d'insertion professionnelle. "SAS vers l'Emploi" est organisé par l'association Entraide et Solidarités avec l'aide de l'Etat. Ces 19 réfugiés ont rencontré ce jeudi la secrétaire générale de la préfecture d'Indre-et-Loire pour faire un premier bilan de leur formation.

Ils n'apprennent le français que depuis trois mois mais la majorité d'entre eux se débrouille déjà très bien, comme cette jeune syrienne qui a quitté son pays avec sa mère, sa sœur et son frère.

Je m'appelle Jihan Alali, j'ai 24 ans, j'aimerai apprendre le français très, très bien, après je trouverai un travail, je voudrais être vendeuse en porte-à-porter....euh, je veux dire prêt-à-porter -Jihan, réfugiée syrienne 

Najibullah est réfugié afghan. Il travaillait comme tailleur en Afghanistan. Pour lui, tout est à refaire en France.

Apprendre pour la première fois la langue française, c'est pour moi une formidable opportunité. Mon projet professionnel c'est de devenir web-designer! -Najibullah, réfugié afghan

L'objectif de Jihan et Najibullah est d'obtenir le diplôme élémentaire de la langue française. Armand Karim-Goudarzi, leur formateur, tente de leur transmettre les bases de notre langue utiles à leur insertion: "si on commence par la grammaire, l'orthographe ou les méthodes anciennes, on ne sera pas dans l'insertion professionnelle qui nécessite surtout de parler le français dont on a besoin pour rechercher un logement ou un emploi. C'est ce français là que nous leur apprenons"

Après 5 mois d'apprentissage du français, Jihan, Najibullah et les autres réfugiés stagiaires attaqueront une phase de 7 mois de professionnalisation. A l'issue, ils devraient être en capacité de rechercher par eux-mêmes un logement personnel et un travail accompagnés par la mission locale de Tours. Nathalie Dréano est la responsable du centre de formation à l'association Entraide et Solidarités. Elle explique que l'apprentissage du français et l'insertion professionnelle ne sont pas les seules étapes d'intégration de ces réfugiés. Toutes les sorties à Tours sont sources d'apprentissage. Exemple: comment faire ses courses dans une grande surface sans dépasser son budget.

"SAS vers l'Emploi" est un parcours d'insertion qui sera renouvelé à Tours l'année prochaine toujours avec Entraide et Solidarités. Les réfugiés stagiaires sont rémunérés à hauteur du RSA c'est-à-dire 480 euros/mois.