Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

L'Indre s'équipe de bracelets anti-rapprochement pour lutter contre les violences conjugales

Par

La préfecture de l'Indre a présenté un nouveau dispositif de lutte contre les violences faites aux femmes ce jeudi 25 novembre. Le département dispose désormais de quatre bracelets anti-rapprochement.

Les bracelets anti-rapprochement se déploient dans l'Indre pour lutter contre les violences conjugales Les bracelets anti-rapprochement se déploient dans l'Indre pour lutter contre les violences conjugales
Les bracelets anti-rapprochement se déploient dans l'Indre pour lutter contre les violences conjugales © Radio France - Justine Claux

À l'occasion de la journée internationale de l'élimination des violences faites aux femmes, la préfecture de l'Indre a présenté ce jeudi 25 novembre le bracelet anti-rapprochement (BAR). Il s'agit d'un dispositif créé fin 2019 pour lutter contre les violences intrafamiliales

Publicité
Logo France Bleu

Si le BAR est en déploiement dans toute la France depuis le début de l’année, le dispositif a fait son apparition dans l'Indre le mois dernier. Pour l'instant, le département dispose de quatre bracelets anti-rapprochement, dont un est déjà actif.  

Comment fonctionne le bracelet anti-rapprochement ?

Comment fonctionne le bracelet anti-rapprochement ? La victime est équipée d'un terminal qui ressemble à un téléphone et l'auteur des violences conjugales porte un bracelet électronique. "Le bracelet fonctionne comme un terminal, il doit toujours l'avoir sur lui", explique Laëtitia Biardeau-Schwok, substitut du procureur en charge des violences intrafamiliales. Les terminaux permettent de géolocaliser en permanence la victime et l'auteur des violences. 

Un opérateur, Alliance, est présent pour vérifier que la zone d'alerte ne s'active pas. "La zone d'alerte, c'est généralement un kilomètre autour de la victime", précise la substitut du procureur. Si l'auteur rentre dans ce rayon, l'alerte est déclenchée. Le téléphone de la victime sonne pour la prévenir et l'opérateur l'appelle pour savoir si elle est en danger. "S'il y a danger pour la victime, l'opérateur se charge d'appeler immédiatement les forces de l'ordre, police ou gendarmerie", ajoute Laëtitia Biardeau-Schwok.

La géolocalisation du bracelet est efficace dans toute la France. "Imaginons que la victime et l'auteur de violences se trouvent en vacances au même endroit, le bracelet continue de fonctionner", poursuit la substitut du procureur. Si pour le moment, le département ne dispose que de 4 bracelets anti-rapprochement, le stock n'est pas limité. Les bracelets sont renouvelés en fonction des besoins.

Ce dispositif peut sauver des vies

L'efficacité du dispositif est approuvée par les forces de l'ordre, le personnel judiciaire et les associations. 

loading

"Ce dispositif a fait ses preuves, assure Amina Gachouche, directrice adjointe du service pénitentiaire d'insertion et de probation de l'Indre (SPIP). Il  permet à la victime d'aller travailler et de faire ses courses, tout en se sachant protéger. Elle sait que si l'auteur des violences cherchait à l'agresser, les forces de l'ordre interviendraient dans un temps extrêmement court".

L'objectif du dispositif est d'éviter les féminicides. Le bracelet anti-rapprochement n'est mis qu'à des personnes dangereuses. "Vous pouvez géolocaliser la victime et l'auteur en temps réel. La police ou la gendarmerie peuvent intervenir en quelques minutes, ce dispositif peut sauver des vies", insiste Laëtitia Biardeau-Schwok, la substitut du procureur. 

Mais si les associations d'aide aux victimes attendaient la mise en place des bracelets anti-rapprochement avec impatience, il reste contraignant. "L'unité mobile peut sonner si l'auteur se trouve trop près de la zone d'alerte. Pour une victime, qui est en état d'hypervigilance, ça peut faire remonter des traumatismes et être très angoissant, explique Célia Delforge, juriste au sein de l'association France Victimes 36. Mais le côté protection prime sur le côté contraignant".

En 2021, l'association a aidé à 80 victimes de violences conjugales à Châteauroux.  

Ma France : s'adapter au coût de la vie

Vous constatez l'augmentation constante des prix et la diminution de votre pouvoir d'achat ? Vous avez trouvé des astuces, des bons plans, vous avez changé certaines de vos habitudes pour vous adapter à l'inflation ? Réparation, covoiturage, location, échanges de services... France Bleu, en partenariat avec Make.org , vous invite à partager vos idées originales et solutions concrètes du quotidien, et à donner votre avis sur celles d'autres citoyens. Trouvons ensemble les moyens de faire face à la vie chère !

Publicité
Logo France Bleu