Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : l'industrie textile iséroise se mobilise pour tenter de tisser des masques

-
Par , France Bleu Isère

Pour combler le manque de masques de protection en France et l'absence de fabrication sur notre territoire il faut des entreprises de confection mais aussi des tisseurs capables de fabriquer des textiles aux vertus particulières. Plusieurs entreprises iséroises sont sur les rangs.

Métiers à tisser de la toile pour parapente ou airbag chez Porcher Industrie
Métiers à tisser de la toile pour parapente ou airbag chez Porcher Industrie - Porcher Industrie

Dans cette épidémie de Covid-19 que nous traversons et la course aux masques de protection il y ces personnes et groupes de bonnes volontés qui se démènent ici et là pour coudre des masques de fortune avec des tissus de récupération. Il y a des entreprises de confection dans toute la région prêtes à découper et coudre. Néanmoins pour produire en France de vrais masques, avec des normes de protection avérées et homologuées, il faut aussi des tissus aux qualités particulières. En Isère plusieurs des grandes entreprises de tissage technique se penchent sur la question mais ça prend du temps.

Des tissus à faire valider

"Nous ne voulons pas faire n'importe quoi" dit par exemple l'entreprise Perrin du Grand-Lemps, qui explique qu'il y a "des questions d'homologation à régler". Même écho à Saint-Victor-de-Morestel chez Fabien Gauthier, de la société Gauthier Tissus spécialisée dans les textiles pour vêtements professionnels, qui ne demande qu'à faire revenir sa cinquantaine de salariés au travail pour ce type de production mais encore faut-il avoir l'aval des autorités. En l’occurrence c'est de la Direction générale de l'armement (DGA), appelée à la rescousse pour accélérer les procédures - que Fabien Gauthier attend validation "pour un tissu aux propriétés antistatiques que nous produisons et qu'un de nos gros clients à réussi à faire valider en Allemagne pour la production de masques simples". L'entreprise explique par ailleurs discuter avec trois confectionneurs français qui pourraient s'occuper de la fabrication proprement dite des masques.

Pour le masque de demain à défaut de celui d'aujourd'hui

Il part de plus loin mais il a des atouts non négligeables en matière de capacités d'innovation et de production : le groupe Porcher industrie basé à Eclose-Badinières a lui aussi engagé une démarche pour tisser de quoi fabriquer des masques. Il n'en est pas encore à demander une homologation explique son PDG André Genton mais à faire vérifier "par une filière dans laquelle on trouve le CEA et le cabinet APAVE de Grenoble" les performances d'un tissu alliant "polyester et verre"

L'entreprise de 2000 salariés dans le monde dont un bon millier en France, qui tisse des matières destinées à l'automobile, l'aéronautique ou encore le vol libre, ambitionne de faire des masques "filtrants mais aussi qui permettent de respirer, réutilisables et lavables". Un produit qui aurait des qualités équivalentes espère André Genton "aux masques FFP1". A condition que ça marche,  Porcher vise non pas l'urgence - la France a commandé des millions de masques à la Chine pour répondre aux besoins des personnels soignants et des professions les plus exposées - mais le besoin en masques "durables" que pourraient avoir entreprises et particuliers par la suite.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu