Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'inquiétude des usagers normands sur l'avenir de la ligne Paris-Granville

mardi 20 février 2018 à 20:27 Par Marion Aquilina, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Cotentin

Chaque jour, dix trains circulent sur l'axe Paris-Granville. Le rapport Spinetta remis récemment au gouvernement menace les "petites lignes". C'est le cas du dernier tronçon du train Paris-Granville, c'est-à-dire Argentan-Granville. Les usagers affirment qu'ils en ont besoin quotidiennement.

Les usagers de la ligne Paris-Granville s'interrogent sur l'avenir de certaines gares dont celle d'Argentan
Les usagers de la ligne Paris-Granville s'interrogent sur l'avenir de certaines gares dont celle d'Argentan © Radio France - Marion Aquilina

Normandie, France

Alors qu'Edouard Philippe recevait ce mardi 20 février 2018 la principale association d'usagers des transports dans le cadre de la réforme de la SNCF, l'avenir de certaines lignes semble incertain. En Normandie, c'est le cas de la ligne Saint-Lô-Coutances ou encore du dernier tronçon de l'axe Paris-Granville, la partie Argentan-Granville. Dans le rapport Spinetta, les deux ont été classées dans la catégorie des lignes qui accueillent moins de 20 trains par jour.

"Ils prennent le train tous les jours"

À Argentan, un certain nombre d'usagers sont consternés et inquiets à l'idée d'une suppression de ce tronçon. Certains comme Marie-Noëlle rappellent que cette ligne n'est pas uniquement réservée aux vacanciers : "Une suppression c'est illogique car il y a beaucoup de gens de Granville qui travaillent à Vire, à Villedieu-les-Poêles et à Flers. Ils prennent le train tous les jours ! On va faire comment, mettre des cars ?"

Marie-Noëlle prend le train régulièrement entre Granville et Argentan pour se rendre à Tours chez sa fille - Radio France
Marie-Noëlle prend le train régulièrement entre Granville et Argentan pour se rendre à Tours chez sa fille © Radio France - Marion Aquilina

Cette possible suppression du tronçon entre Argentan et Granville énerve aussi Beatrix, elle habite Paris et vient tous les 15 jours en Normandie : "S'il n'y a plus ce train, je vendrai ma maison et j'irai ailleurs où c'est desservi par une ligne SNCF. C'est-à-dire que je priverai la région des ressources que j'apporte."

Sur le quai, Alice surveille l'arrivée des trains. Elle travaille à la gare d'Argentan depuis quelques mois, et cette histoire de cars lui rappelle quelque chose : "Une fois, il y a eu des suppressions de trains, des cars étaient là pour relier Argentan à Granville mais ils mettaient quatre heures..." Cette employée de la SNCF estime que "supprimer des gares revient à supprimer des villes."

Le maire d'Argentan, Pierre Pavis, annonce aux usagers qu'il les soutient : "Argentan a besoin de cette ligne Granville-Paris, mais c'est encore plus vrai pour Flers et Vire. Les gens vont monter dans un car puis dans un train ? Je ne l'imagine pas mais ça nous pend au nez si on ne fait rien !" Le premier ministre, Edouard Philippe, a tenté de calmer les inquiétudes en assurant que toutes les décisions à venir dépendraient des échanges avec les régions et la SNCF.

La ligne Paris-Granville voit passer 10 trains chaque jour, 12 le vendredi et le dimanche - Radio France
La ligne Paris-Granville voit passer 10 trains chaque jour, 12 le vendredi et le dimanche © Radio France - Marion Aquilina

Le président de la région, Hervé Morin, a d'ailleurs déclaré que la région "s'opposerait à la suppression de la ligne", ajoutant : "Il n'est absolument pas question qu'une ligne aussi importante pour la Manche, l'Orne et le sud de l'Eure soit fermée." La SNCF ne communique pas ses chiffres de fréquentation, seulement sur le nombre de trains. 

En semaine, dix trains passent chaque jour sur l'axe Paris-Granville et 12 le vendredi et le dimanche. Pour les lignes TER : Caen-Saint-Lô compte 29 trains, 17 trains pour la ligne Caen-Coutances et 17 trains également sur l'axe Coutances-Saint-Lô.