Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'intégration des réfugiés et demandeurs d'asile sans problème à Chinon

vendredi 7 juillet 2017 à 11:45 Par Clémence Gourdon Negrini, France Bleu Touraine et France Bleu

A Paris ou à Calais, l'Etat et les municipalités ne veulent pas voir se ré-installer durablement des migrants dans des campements sauvages insalubres. Déjà lors de l'évacuation des "jungles" de Calais, les migrants avaient été répartis en France, certains sont arrivés à Chinon. Intégration réussie.

Chinon accueille 80 réfugiés et demandeurs d'asile
Chinon accueille 80 réfugiés et demandeurs d'asile © Maxppp - MaxPPP

Depuis plusieurs mois, Chinon accueille plusieurs migrants suite à l'évacuation des "jungles de Calais". La capacité d'accueil est de 80 personnes maximum, hébergées dans des appartements de Val Touraine Habitat. L'association Lire et Dire facilite l'arrivée et l'intégration par le biais de l'apprentissage de la langue française.

Et l'association a bien compris qu'apprendre le français, c'est long et fastidieux parfois pour ces afghans, irakiens ou syriens. Les formateurs ont donc proposé aussi l'intégration par le foot aux jeunes hommes.

Certains ont décidé de s'installer à Chinon

Mohamed vient d'Afghanistan, il maîtrise déjà plus que les rudiments du français : "j'aime beaucoup, c'est une ville calme et cette ville par son calme me rappelle ma ville en Afghanistan". Pour Mehdi, tout l'enjeu est de réussir à faire aussi bien que son fils Abdelkhader qui lui parle déjà très bien le français. Il a parfois du mal à comprendre tout ce que dit son fils et est obligé de lui demander de parler moins vite. L'intégration est donc réussie pour ces enfants, ces femmes et ces hommes qui ont fui leur pays en guerre et ont cherché asile en France.

Calais un très mauvais souvenir

Pourtant leur premier contact avec la France n'avait pas été à la hauteur de leurs espérances pendant les milliers de kilomètres qui les amenaient vers l'Europe. Hamza a passé seulement 4 mois à Calais, mais il en a de très mauvais souvenirs : "Calais ce n'était pas bien, il y avait beaucoup de problèmes, rien à manger, rien pour se loger".

Et pour leur faire oublier ces premières semaines ou ces mois difficiles, les formateurs de l'association Lire et Dire ont tissé des liens avec les demandeurs d'asile et les réfugiés. Ils les ont invités chez eux, ils les ont accompagnés à des concerts, les ont invités à partager des repas, parfois préparés par les migrants eux-mêmes. La connaissance, explique Christiane Rigaux, présidente de Lire et Dire, s'est donc faite dans les deux sens, ce qui a facilité l'apprentissage de la langue grâce à cette socialisation et à cette familiarité.

Mehdi a déjà obtenu son statut de réfugié, il va donc pouvoir s'installer dans un nouvel appartement avec son fils et sa femme qui attend un deuxième enfant. Il pourra toujours compter sur l'association pour l'accompagner dans sa nouvelle vie à Chinon. Mohamed attend quant à lui de débuter sa formation de soudeur.