Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

L'occupation du théâtre de la manufacture de Nancy se poursuit, les militants se coordonnent

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Depuis le 19 mars, les occupants de la manufacture réclament le maintien et le renforcement de nombreux droits sociaux. L'occupation se poursuit et se coordonne avec d'autres luttes similaires dans le pays.

Le centre dramatique national de la manufacture est occupé depuis le 19 mars
Le centre dramatique national de la manufacture est occupé depuis le 19 mars © Radio France - Léo Limon

Les revendications sont nombreuses, mais la colère est unanime. Annulation de la réforme de l'assurance chômage, prolongation de l'année blanche, plan massif de soutien à l'emploi, entre autres. Voilà douze jours qu'une trentaine d'artistes, de syndicalistes et membres de plusieurs collectifs occupent le centre dramatique national de la manufacture de Nancy

Une occupation jours et nuits, où le quotidien est rythmé par des journées de travail sur les différentes revendications explique Pascal Boufergen membre de la CGT et occupant, "on est coordonné avec les 92 autres lieux occupés en France, on est tous en rapport et nos portons tous les mêmes revendications. Chacun donne des idées à l'autre, et tout ça se fédère". 

Un mouvement qui s'inscrit dans la durée

Une mobilisation destinée à durer dans le temps selon Gaël Leveugle, à la tête d'une compagnie de spectacle et intermittent du spectacle : "Le mouvement est amené à durer. On voit bien dans la façon dont le gouvernement réagit à nos revendications qu'on va devoir s'organiser dans le temps".

Des revendications qui vont désormais au delà du secteur culturel explique Gaël Leveugle : " on déborde la question de l'intermittence parce que nous avons des idéaux : nous croyons à la sécurité sociale et à la protection sociale de tous les travailleurs. On veut faire entendre tous les drames sociaux des métiers qui ne travaillent plus depuis un an et qui arrivent aux bouts de leurs droits".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess