Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'ONG Sea Shepherd quitte la façade atlantique et laisse des pêcheurs amers

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Loire Océan

Sea Shepherd a quitté le Golfe de Gascogne après 2 mois en mer, à filmer les captures accidentelles de dauphins par des pêcheurs en dénonçant un "carnage" en mer. Les pêcheurs vendéens démentent le discours de l'ONG de défense des animaux marins.

Vendée, France

On les a peu entendus. Les pêcheurs sont restés discrets face à la campagne sans précédent lancée cette année par l'ONG de défense des animaux marins Sea Shepherd dans le Golfe de Gascogne : "Chaque fois qu'on réagit, ça surréagit", justifie José Jouneau, du comité régional des pêches. 

En 66 jours et une centaine de patrouilles, le navire de l'association et ses zodiacs ont diffusé des vidéos qui montrent cinq captures accidentelles de dauphins et deux de requins par des chalutiers pélagiques en mer, ainsi que 30 dauphins retrouvés morts en mer ou sur les plages. Le Sam Simon vient de quitter la zone et appareille pour l'Afrique. 

Six plaintes déposées contre l'ONG

La nouvelle est accueillie avec soulagement chez les pêcheurs : "Pour tout dire, je suis étonné qu'il n'y ait pas eu d'incident", lâche José Jouneau. "On a fait beaucoup d'efforts ces dernières années, avec le grenelle de la mer, pour préserver la ressource, être plus écolos. En quelques images, ils ont détruit tout ce travail", se désole le représentant de la profession. 

Il y a quelques années, les Sea Shepherd avaient une certaine aura chez les pêcheurs. Ils allaient dans les ports norvégiens bousculer les tout-puissants chasseurs de baleines, c'était courageux. Maintenant, ils font passer des bateaux de 15 mètres pour des monstres de la pêche industrielle"

Sea Shepherd a dénoncé, vidéo à l'appui, les insultes et manœuvres dangereuses des pêcheurs pour intimider ses militants. En retour, six plaintes auraient été déposées par des pêcheurs de la façade atlantique à l'encontre de l'ONG, pour non-respect des règles de naviguation, par exemple en éteignant les feux de positions de leurs navires ou en débranchant l'AIS [balise de position des navires]. 

"J'ai appelé le CROSS de Brest quand ils sont venus manœuvrer trop près de mon bateau", assure un pêcheur : "On m'a répondu que les autorités compétentes étaient prévenues, mais la gendarmerie maritime n'a rien fait. On les laisse faire impunément"

De plus en plus de dauphins dans le Golfe ?

Plus que les escarmouches feutrées au large, c'est la mauvaise image du métier auprès du grand public qui mine ce fileyeur sablais : "A cause de ces vidéos, il y a même un pêcheur dont les enfants ont reçu des menaces de mort à l'école, non mais on en est là !" Lui estime que le discours de l'ONG présente une vision biaisée. 

On déroule 40 km de filet par jour, on fait 270 jours de mer. Et on a attrapé un dauphin. C'est minime, par rapport à leur nombre. Je fais ce métier depuis 1994, et il y a beaucoup plus de dauphins qu'avant dans le Golfe de Gascogne"

Selon lui, les quotas et interdictions de pêche qui ont été instaurées sur les maquereaux, sardines et autres anchois ont réduit drastiquement le volume de pêche, et augmenté la ressource, le "poisson bleu" dont les dauphins raffolent : "Ils mangent bien, donc ils se reproduisent"

Un argument difficile à confirmer. Faute de moyens, la dernière étude de la population de dauphins date de 2012. A l'époque, elle avait compté 200.000 individus environ le long de la façade atlantique.

Sea Shepherd de retour l'an prochain

Dans un communiqué, Sea Shepherd a déjà annoncé la couleur : "A l'année prochaine !". Autrement dit, ils reviendront, "tant que des solutions satisfaisantes n'auront pas été mises en place par le gouvernement" pour mieux protéger les dauphins. Courant mars, le ministre de l'Écologie François de Rugy avait promis un "plan d'ici la fin de l'année" sur la question.

Selon l'observatoire Pelagis, associé au CNRS, 1.200 dauphins ont été retrouvés échoués sur les côtes en quatre mois. 85% des carcasses examinées portaient des traces de captures accidentelles par des filets de pêche