Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'open d'échecs du Mans veut attirer plus de femmes

-
Par , France Bleu Maine

La 33e édition de l'Open d'échecs du Mans se tient du 26 au 30 décembre. La compétition est encore très masculine. Les femmes ne représentent que 17% des participants.

Sur les 194 participants à l'open d'échecs, seulement 33 sont des femmes
Sur les 194 participants à l'open d'échecs, seulement 33 sont des femmes © Radio France - Alice Kachaner

Le Mans, France

La 33e édition de l'Open d'échecs vient tout juste de commencer. Elle se déroule du 26 au 30 décembre au Palais des congrès du Mans. Dans les allées silencieuses de la compétition, on trouve moins de joueuses que de joueurs devant les échiquiers. Sur les 194 participants  seulement  33 sont des femmes. Une situation qui chagrine cette adolescente : "On est moins nombreuses, c'est peu plus difficile pour les filles car nous sommes moins attaquantes, moins violentes que les garçons. On sent un peu seules dans les compétitions".

Des tarifs incitatifs pour attirer un public féminin

L'Open d'échecs essaye de tordre le cou aux stéréotypes. Un prix spécial d'une valeur de 100 euros récompense la meilleure joueuse et les droits d'inscription sont incitatifs. "Les hommes seniors paient 44 euros, les femmes 22 euros et les jeunes filles 11 euros. On essaye ainsi de favoriser leur inscription", explique Gao Youping, l'arbitre de la compétition. 

L'organisateur de l’événement, Jacques Lambert, mène ce combat jusque dans les écoles du Mans où il initie les enfants aux échecs. "Il est indispensable d'apprendre aux fillettes qui ont entre 6 et 8 ans, que le garçon qui est en face peut être moins bon joueur qu'elles", souligne malicieusement ce passionné. Une philosophie qui trouve déjà son écho chez la petite Lucie "Je m'en fiche de jouer face un garçon, que le meilleur gagne!", lance la fillette âgée de 9 ans.  

La Fédération française des échecs a lancé cette année un vaste plan de féminisation. Le but :  démocratiser ce sport et attirer toujours plus de compétitrices.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu