Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'ordonnance de Bercy passe mal chez les pharmaciens

mercredi 30 juillet 2014 à 10:55 Par Thomas Séchier, France Bleu Vaucluse

Un rapport de l'Inspection générale des finances préconise d'ouvrir à la concurrence la vente des médicaments non remboursés... autrement dit de mettre fin au monopole des pharmaciens. Ces derniers dénoncent un risque pour la santé publique, tandis que les consommateurs pourraient se retrouver gagnants sur les prix.

Médicaments
Médicaments © Fotolia.com - Gina Sanders

Doliprane, Spasfon, Humex ou Nurofen. Autant de médicaments vendus librement en pharmacie, à prescription facultative, et qui pourraient bientôt être disponibles en grande surface . Un rapport de l'Inspection générale des finances va en ce sens, s'attaquant donc au monopole des pharmaciens pour ces médicaments à "prescription facultative".

Un danger pour la santé publique ?

Certes, ils ne représentent que 5 à 10% du chiffre d'affaires des pharmaciens mais c'est une question de santé publique disent-ils. Les clients, eux, vont peut-être retenir qu'une ouverture à la concurrence ferait baisser les prix .

Monopole pharmacies / ENRO

Des prix qui baisseraient ?

C'est le prix des médicaments qui se trouve au centre de la polémique. L'Inspection générale des finances souligne que "les prix des médicaments non-remboursables ont augmenté deux fois plus vite que le coût de la vie depuis quinze ans" . Une version contestée par la présidente du Syndicat des pharmaciens de Vaucluse.

Monopole pharmacies / SON