Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'ordre des médecins de Moselle attaque les salons qui pratiquent l'épilation définitive à la lumière pulsée

lundi 25 septembre 2017 à 18:50 Par Cécile Soulé, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

Cette technique qui peut présenter des risques sur la santé si elle n'est pas faite par un médecin est exclusivement réservée aux professionnel de santé, explique l'Ordre des médecins de Moselle. Son avocat dénonce des pratiques illégales dans 3 salons esthétiques en Moselle, attaqués en justice.

Procédé d'épilation définitive à la lumière pulsée
Procédé d'épilation définitive à la lumière pulsée © Maxppp - Patrice Lapoirie

Les médecins sont très remontés contre les salons esthétiques qui pratiquent les épilations définitives par lumière pulsée. Une technique complexe qui séduit de plus en plus de clients mais qui est réservée exclusivement aux médecins. L'ordre des médecins de Moselle a déjà assigné en justice (en référé) 3 salons dans le département qui ont fait de la publicité pour cette technique d'épilation qu'ils pratiquent, selon l'ordre, "dans l'illégalité".

L'ordre des médecins dénonce aussi des risques sanitaires. "il y a un risque de brûlure ou de non détection de mélanome si ce n'est pas pratiqué par un professionnel", explique Me Louvel, qui défend l'ordre des médecins de Moselle. 2 Mosellans veulent aussi poursuivre un salon esthétique de Thionville: ils avaient versé chacun plus de 2.500 euros pour ne plus avoir de soucis de poils mais les séances se sont arrêtées brutalement au motif qu'ils n'étaient finalement plus éligibles à cette technique de lumière pulsée.

Des amendes de 8.000 à 50.000 euros

Une 1er audience concernant un salon d'Hagondange a déjà eu lieu ce mois de septembre, un autre affaire est prévue mardi prochain et une 3e est en cours, avec des décisions de justice attendues dès le mois d'octobre. Les salons concernés n'ont pas souhaité s'exprimer. Ailleurs en France, des instituts ont déjà été condamnés à des amendes de 8 à 50.000 euros. De quoi les mettre de mauvais poil.

Reportage Cécile Soulé pour France Bleu Lorraine