Société

L'UE autorise les pays européens à décider eux-mêmes s'ils interdisent la culture d'OGM

France Bleu jeudi 12 juin 2014 à 12:38

Le seul maïs OGM cultivé en Europe est le MON810 de Monsanto
Le seul maïs OGM cultivé en Europe est le MON810 de Monsanto © MaxPPP

Désormais, chaque gouvernement d'un pays membre de l'Union européenne pourra décider, de lui-même, d'autoriser ou d'interdire la culture des OGM sur son territoire. Un compromis qui permettra d'éviter un casse-tête législatif pour contourner les décisions européennes.

Le compromis a été accepté par tous les Etats de l'Union européenne, "à l'exception de la Belgique et du Luxembourg ", a annoncé le ministre grec de l'environnement : les gouvernements européens se sont mis d'accord sur une mesure qui laissera le choix à chaque Etat membre d'autoriser ou non la culture des OGM sur son propre territoire. Avant que cette réforme entre en vigueur, il faut toutefois qu'elle soit validée par le Parlement européen. 

Les députés avaient dû voter une interdiction en urgence

Cela signifie, en clair, que la culture des OGM est potentiellement autorisée sur l'ensemble de l'Union européenne, à condtition que le gouvernement de l'Etat concerné l'autorise . "Le nouveau système garantit aux Etats la possibilité de choix, s'ils souhaitent cultiver ou non ", a précisé la ministre de l'Environnement Ségolène Royal. De plus, les Etats pourront également invoquer l'ordre public, l'aménagement du territoire ou la lutte contre la dissémination.

Impossible, par contre, d'interdire le simple passage d'OGM sur le territoire si ceux-ci doivent transiter d'un pays à l'autre. A l'heure actuelle, quatre types de maïs OGM sont autorisés, mais un seul, le MON810 de Monsanto, est effectivement cultivé. Cette autorisation avait à plusieurs reprises posé problème en France : en août dernier, le Conseil d'Etat avait annulé l'interdiction de cultiver le maïs OGM de Monsanto, instaurée en 2008, pour cause de non-conformité avec le droit européen . Les députés avaient dû, en urgence, voter l'interdiction juste avant le début de la période des semis.