Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'ultimatum de Jacques Henri-Eyraud après la défaite de l'OM contre Nîmes

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Le président du club olympien a tapé du poing sur la table, ce dimanche, après la défaite de ses joueurs, battus 1-2 contre Nîmes. Si le sursaut ne vient pas, certains pourraient avoir à faire leurs valises à la fin de la saison.

Jacques-Henri Eyraud est sorti de sa réserve habituelle pour taper du poing sur la table (image d'illustration).
Jacques-Henri Eyraud est sorti de sa réserve habituelle pour taper du poing sur la table (image d'illustration). © Maxppp - © Arnaud Journois

Après le résultat de samedi, au Vélodrome, ça chauffe à l'OM. Défaite 2-1, contre Nîmes, dans le cadre de la 20e journée de Ligue 1. La défaite de trop, la goutte de trop, donc, qui a fait déborder le vase. Jacques Henri-Eyraud est sorti de sa réserve habituelle pour aller passer un savon aux joueurs. On aurait envie de dire "normal, on est à Marseille". Mais il n'y a vraiment pas de quoi rire. Le président de l'OM a eu des mots très durs, ce dimanche, à l'entraînement.

À La Commanderie, donc, dans le vestiaire, devant les joueurs, Jacques-Henri Eyraud a déballé son sac. Une colère froide. Contre Nîmes, "vous avez été indignes de porter le maillot, leur a-t-il dit. C'est du grand foutage de gueule".

Une réaction mercredi contre Lens ? 

Après le recadrage, samedi soir, d'André Villas-Boas, l'entraîneur, le président tenait donc à marquer le coup, lui aussi. Lui qui est, pour sa gestion, déjà très critiqué par les supporteurs, s'est d'ailleurs permis de les invoquer. Vous avez eu de la chance que le stade était vide. Voilà, en résumé, ce que les joueurs ont entendu. Des joueurs qui, pour certains, arrivent en fin de contrat en juin.

À ceux-là, le boss leur a dit aussi : "Ne vous faîtes pas de films, surtout après avoir joué comme ça. [...] Vous avez 48 heures pour dire si vous comptez rester professionnels jusqu'au bout. Sinon, vous avez 13 jours pour trouver un autre club."

Les supporteurs marseillais pourraient être très rapidement fixés sur l'intention de ces joueurs. Dès ce mercredi, même, contre Lens. S'ils veulent rester, ils seraient bien inspirés de gagner. Car le foot, c'est comme en amour, il faut des preuves.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess