Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange

L'UNEF s'inquiète pour les finances des étudiants privés de jobs d'été

-
Par , France Bleu Vaucluse

Pas de festival à Avignon, pas de touristes et donc quasiment pas de jobs d'été pour financer les études : le syndicat UNEF redoute que des étudiants abandonnent leurs études à la rentrée pour trouver un emploi.

Un amphithéâtre vide de l'université d'Avignon
Un amphithéâtre vide de l'université d'Avignon © Radio France - Philippe Paupert

Les étudiants d'Avignon s'inquiètent pour leur future rentrée. Après plusieurs mois d'enseignement à distance, ils demandent à l'université de reprendre les cours dans les amphithéâtres. Pour l'instant, l'université d'Avignon réfléchit à plusieurs scénarios en fonction de l'évolution de la crise sanitaire en septembre. 

Le syndicat étudiant UNEF redoute aussi les conséquences économiques du coronavirus : sans festival et sans touristes, beaucoup d'étudiants n'ont pas trouvé de jobs d'été pour financer leurs études.

Étudier quand le ventre est plein

"Cet été je n'ai pas trouvé de job car il n'y en a pas" :  Housseinatou Bah est étudiante en informatique. Élue UNEF à l'université d'Avignon, elle redoute que des étudiants abandonnent leurs études. Elle explique que d'habitude,les étudiants financent leurs études avec des jobs d'été, mais cette année avec la crise sanitaire, ces emplois sont introuvables : pas d’affiche à poser ou de tract à distribuer pendant le festival, pas d'emploi de serveurs dans la restauration. 

Housseinatou explique que les étudiants les plus pauvres "seront obligés de consacrer davantage de temps à leur travail plutôt qu’aux études. Ils vont tendre vers l'échec. Il y aura un impact sur la réussite de leurs études". Elle ajoute que "les études, ça vient quand le ventre est plein, quand il n'y a pas de problème d'argent dans la tête, quand on n'est pas endetté".

Le vice-président étudiant de l'université, Thaouhan Drider, organise une distribution de paniers repas chaque semaine pour les étudiants les plus frappés par la crise du coronavirus car "cette précarité est encore plus violente chez les étudiants. J'ai peur que certains arrêtent les cours pour avoir un petit revenu". Plus de la moitié des étudiants de l'université d'Avignon sont boursiers.

Ordinateur à fournir par l'université

L’UNEF demande aussi à l'université d'équiper les étudiants pour les cours à distance. Pour Samuel Legall, étudiant en agronomie, "s'il y a un reconfinement, tout le monde doit être équipé en matériel par l'université pour ne pas être lésé. Tout le monde n'a pas un ordinateur et une connexion à disposition." 

L’UNEF suggère donc de reprendre les cours dans les amphithéâtre de l’université : "Les entreprises ont repris, les écoles même maternelles ont repris. Pourquoi pas l'université ?" L'université d'Avignon espère une rentrée normale en septembre et travaille aussi sur d'autres scénarios de crise.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess