Éducation

L'université de Lorraine accueillera bien tous les étudiants

Par Jordan Muzyczka et Thierry Colin, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu Sud Lorraine mardi 18 juillet 2017 à 9:19

L'université de Lorraine compte 1600 bacheliers sans affectations actuellement. Mais une majorité se trouve sur liste d'attente avec des places qui vont se libérer © Maxppp - PQR
L'université de Lorraine compte 1600 bacheliers sans affectations actuellement. Mais une majorité se trouve sur liste d'attente avec des places qui vont se libérer © Maxppp - PQR © Maxppp - © Maxppp - PQR

Si, en ce mois de juillet 2017, 87 000 étudiants sont toujours sans affectation partout en France, la situation est plutôt bien maîtrisée à l'université de Lorraine. Mais les inquiétudes demeures sur les années à venir.

Médecine, sport, droit ou art du cirque, partout en France, ces filières donnent des sueurs froides en cette période estivale. 87.000 bacheliers ne savent pas pour l'heure s'ils intégreront la filière de leur choix. A l'université de Lorraine, 1.600 bacheliers sont sans affectation. Mais la grande majorité se trouve sur liste d'attente et leur situation va se débloquer. "Nous avons fait le choix d'accueillir tout le monde dans les filières en tension", explique Sabine Chaupin-Guillot, vice-présidente de l’université. La situation est similaire en Alsace.
Pour se faire, il a fallu pousser les murs. En Staps, la filière sportive, 80 nouvelles places sont ainsi créées. "On remarque que, depuis plusieurs années, le nombre d'étudiants arrivant dans ces filières augmente".

Des difficultés dans les années à venir

Le principal chantier concerne les travaux dirigés, ces groupes de travail plus restreints, différents des cours magistraux en amphithéâtre. Il va falloir mobiliser des enseignants et trouver des salles: "C'est là que sont portés les principaux efforts". Pour Luc Duponcel, responsable en Lorraine pour le syndicat étudiant Unef :"L'université a des fonds propres qui lui permettent d'investir dans les étudiants. Elle peut se permettre de maintenir cette somme".

Même ton rassurant de la part du Crous, qui gère 10% des étudiants, il reste de la place et du choix assure Patrice Capron, directeur adjoint: "Avant fin août, on peut garantir les capacités d'accueil. Autour du mois de septembre par contre, il y aura très peu de places".

Alors faut-t-il voir l'avenir sereinement? Par sûr. Un étudiant coûte, selon une étude, environ 10 000 euros en 2016. Selon les projections, le nombre de futurs locataires de l’enseignement supérieur devrait continuer à croître jusqu'en 2022. Rien qu'à la rentrée 2018 en Lorraine, la faculté devrait atteindre la barre des 60 000 étudiants, qu'il va falloir loger... Et aucune nouvelle construction de logements n'est prévue.