Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

"L'urgence sanitaire prévaut", les prières collectives restent interdites à la Grande mosquée de Reims

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Le président de la Grande mosquée de Reims (Marne) a pris la décision de ne pas reprendre les prières collectives, dès ce samedi 28 novembre, malgré l'autorisation donnée aux lieux de culte de réunir jusqu'à 30 personnes.

La grande mosquée de Reims
La grande mosquée de Reims © Radio France - Sophie Constanzer

Dès ce samedi matin, les lieux de culte pourront de nouveau accueillir des célébration religieuses en public, à l'occasion de la première phase de déconfinement amorcée par le Gouvernement. Cette reprise va se faire dans le respect des gestes barrière et dans le cadre d'une jauge de 30 fidèles maximum à l'intérieur du lieu de culte. Un chiffre jugé dérisoire par certains évêques, incontestable en revanche pour le président de la Grande mosquée de Reims (Marne) qui décide de ne pas reprendre les prières collectives pour l'instant.

"Même si la jauge était à 100 on ne pourrait pas accueillir de fidèles"

Mohamed Bouzaggou invoque l'urgence sanitaire qui "prévaut sur tout". Le président de la Grande mosquée de Reims rappelle que dans le culte musulman, "que ce soit 30 ou 100 personnes, pour nous c'est la même chose puisque ce sont essentiellement des prières collectives, donc même si la jauge était à 100 on ne pourrait pas accueillir de fidèles, très clairement". Avant le second confinement, un protocole sanitaire était bien évidemment en place dans la mosquée mais compte tenu des nouvelles mesures, ce serait trop complexe, trop risqué de rouvrir au public "et encore moins pour la prière du vendredi puisqu'on accueille jusqu'à 2 000 personnes", complète le président.

Les fidèles invités à être patients

Pas question de "chipoter" sur les consignes gouvernementales liées à la lutte contre le Covid-19, "je suis de formation scientifique donc c'est pas moi qui vais discuter", rappelle Mohamed Bouzaggou. En attendant l'amélioration du contexte sanitaire et une jauge d'au moins 150 personnes, la Grande mosquée de Reims restera accessible aux fidèles désirant s'entretenir individuellement avec l'imam. Les seules prières collectives autorisées seront celles liées à un décès. "Je demande aux fidèles d'être patients, de nous faire confiance", conclut le président du lieu de culte rémois.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess