Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'urgentiste Patrick Pelloux : "Je suis très inquiet pour notre système de santé"

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu

Patrick Pelloux était à la librairie Les Volcans, à Clermont-Ferrand, ce samedi, pour dédicacer son dernier livre, "Mieux vaut mourir debout que vivre à genoux". Durant les échanges avec les lecteurs, il s'est confié sur la situation sociale du pays.

Patrick Pelloux, en dédicace à Clermont-Ferrand.
Patrick Pelloux, en dédicace à Clermont-Ferrand. © Radio France - Léo Corcos

Il est arrivé une demi-heure en retard, pris dans les bouchons causés par un accident au niveau de Beauregard-Vendon. Il s'en est immédiatement excusé, dès son arrivée, et après chaque dédicace. Mais personne, dans la librairie, ne lui en a tenu rigueur, attendant patiemment la venue de l'urgentiste le plus médiatique de France.

Dans la queue, qu'ils soient anonymes ou connaissances de Patrick Pelloux, chacun avait une histoire à raconter. Quentin, par exemple, connaissait le médecin... sans le connaître. "C'est un ami de mon père, au syndicat des urgentistes. Mais je ne l'avais jamais rencontré ! Donc je suis venu prendre une photo avec lui pour l'envoyer à mon père", sourit-il.

Quentin est venu prendre une photo avec Patrick Pelloux, un ami de son père. - Radio France
Quentin est venu prendre une photo avec Patrick Pelloux, un ami de son père. © Radio France - Léo Corcos
Quentin est venu prendre une photo avec Patrick Pelloux, un ami de son père. - Radio France
Quentin est venu prendre une photo avec Patrick Pelloux, un ami de son père. © Radio France - Léo Corcos

Sandrine est infirmière. Elle est venue "remercier" Patrick Pelloux pour son engagement. "C'est un médecin qui se bat pour le système de santé français, qui va très mal actuellement. Les soignants sont en souffrance, beaucoup fuient l'hôpital car les conditions sont très compliquées. Heureusement que Patrick Pelloux se bat !"

Le système de santé, l'un des chevaux de bataille de Patrick Pelloux, qui est aussi, depuis 23 ans, président de l'Association des médecins urgentistes de France. Au travers de cette visite, il est aussi venu soutenir le mouvement de grève dans l'hôpital public, qui dure depuis plus d'un an. "Je suis très, très inquiet pour le système social. Le mouvement de contestation témoigne du mal-être, des difficultés au travail. Les jeunes ne veulent plus venir dans l'hôpital public, les plus anciens s'en vont... Ca veut dire quelque chose. On est à l'acmé d'un problème : il y a un front uni, collectif. On est à la 26e place de l'échelle des salaires des infirmiers et infirmières !" 

Il n'a d'ailleurs pas de mots assez durs pour le gouvernement et sa gestion de la crise de l'hôpital. "On a un gouvernement qui ne s'intéresse qu'à Paris intra-muros. Ils ne comprennent pas l'importance de structures de santé, comme à Clermont, l'hôpital public de Montluçon... Si on casse l'hôpital, les gens n'ont plus rien !". Il a aussi taclé Agnès Buzyn, désormais ex-ministre de la Santé, devenue candidate de La République en Marche à la mairie de Paris. "C'est du jamais-vu ! Il y a les retraites, la crise à l'hôpital, le coronavirus, et elle part faire campagne ! Pour moi, le macronisme est un mouvement gazeux. On ne peut pas l'attraper, on ne sait pas où il va !" Et la nomination d'Olivier Véran ne le rassure pas. "Il a dit qu'il ne changerait rien, donc je ne sais pas où on va aller..."

Les souvenirs de Charlie Hebdo

Personne n'a oublié, également, que Patrick Pelloux était l'un des chroniqueurs de Charlie Hebdo (où il signait déjà des papiers critiques contre la gestion du système de santé français), et qui fut l'un des premiers sur les lieux lors de l'attentat de janvier 2015. Dominique a couru, par peur d'être en retard à la séance de dédicaces. Pour elle, l'urgentiste a "un côté Don Quichotte, dans son combat. En ce sens, il ressemble un peu à mon père, et ça m'a ému, notamment dans ses écrits pour Charlie. Ce journal, pour moi, c'est quelque chose de familial. J'ai grandi avec Cabu, Charb, Wolinski. J'ai perdu des membres de ma famille, le jour de leur mort. Et Patrick Pelloux, c'est un peu leur descendant, par son côté grande gueule, revendicateur, passionné."

Le souvenir de ses copains disparus l'habite toujours, et Patrick Pelloux s'efforce de faire vivre leur mémoire. Son livre raconte les derniers jours de nombre de figures historiques : Marie-Antoinette, Alexandre le Grand... et, en bonne place, se situe l'ancien directeur de Charlie Hebdo. "Le dernier chapitre est consacré à Charb. J'ai voulu parler de sa vie, non de sa mort. J'ai pris le livre à contre-pied, et ça a fait rire les lecteurs. C'est ce qui est bien", conclut-il en souriant.

Patrick Pelloux a aussi déjeuné avec les personnels hospitaliers de Riom. A 15h, il sera en dédicace à la librairie Le Cadran Solaire, à Riom aussi, avant de donner une conférence à la salle Attiret de Mannevil à 16h30.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu