Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'usine Staub de Roche-la-Molière met la clef sous la porte, les ouvriers perçoivent difficilement leur avenir

mercredi 31 août 2016 à 6:57 Par Angy Louatah, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

Ce mercredi, les ouvriers de Staub disent adieu à leur usine de fonderie. Un plan de reclassement est mis en place mais l'avenir semble bien flou pour la plupart d'entre eux.

Ces derniers jours, les ouvriers de Staub prolongeaient la pause pour une partie de pétanque.
Ces derniers jours, les ouvriers de Staub prolongeaient la pause pour une partie de pétanque. © Radio France - Angy Louatah

Roche-la-Molière, France

Les salariés employés dans le secteur logistique ont encore quelques mois de travail. Pour les ouvriers de l'usine, c'en est définitivement terminé avec Staub. La fonderie de Roche- la-Molière avait annoncé qu'elle cesserait ses activités à la fin de l'été. La date a été fixée à ce mercredi. Ces derniers jours, sur le parking de l'usine, les ouvriers tuaient le temps en jouant à la pétanque. Le chômage n'était alors que technique, mais à compter de ce mercredi, il leur faudra trouver un emploi.

"On est tous dégoutés, personnellement je n'ai pas de piste, je vais faire les formations qui nous sont payées et faudra regarder pour du boulot" (Christophe, salarié de Staub)

Les dernières heures des ouvriers de Staub

"J'ai vu mon monde s'écrouler"

Dix ouvriers ont d'ores et déjà un travail qui les attend. Pour les autres, le plan mis en place prévoit le versement d'un salaire pendant un an. Un an pour se former et retrouver un emploi dans le meilleur des cas. Jérôme en profitera pour essayer de retrouver le métier de sa jeunesse : paysagiste. Mais pour la plupart des salariés, l'avenir est flou. Au-delà de cela, c'est également une aventure humaine qui s'achève selon Fabrice. Il connait ses collègues depuis près de 15 ans et espère garder contact avec eux.

"On perd un boulot et une famille" (Fabrice, ouvrier)