Société

La première épicerie sans emballage ouvre bientôt à Saint-Étienne

Par Maxime Bacquié, France Bleu Saint-Étienne Loire mercredi 11 janvier 2017 à 20:57

Floriane (à gauche), Mélanie (au centre) et Marion, trois Stéphanoises à l'origine du projet Vrac en Vert
Floriane (à gauche), Mélanie (au centre) et Marion, trois Stéphanoises à l'origine du projet Vrac en Vert © Radio France - Maxime Bacquié

Pas de carton ni d'emballage individuel, tous les produits sont présentés dans des bocaux et vous n'achetez que la quantité dont vous avez besoin. Le concept est en vogue, notamment dans les grandes villes et la première épicerie sans emballage devrait ouvrir fin février à Saint-Étienne (Loire).

A 28 ans, après un Master en écologie à la Fac de Saint-Étienne (Loire), Floriane avait envie de créer une entreprise autour du développement durable dans sa ville. Et ce concept d'épicerie sans emballage s'est imposé à elle. "J'avais vu que ça marchait bien dans d'autres villes, notamment avec la franchise Day by Day. Et comme ça n'existait pas encore à Saint-Etienne, j'ai décidé de me lancer". Et comme l'union fait la force, elle a publié une petite annonce sur internet pour trouver des associés. Ce sont finalement Mélanie, 27 ans et Marion 25 ans, deux autres Stéphanoises, qui viennent former le trio.

"Les gens en ont plus qu'assez de remplir plus leur poubelle que leurs placards" Floriane, à l'origine du projet

Vrac en Vert, c'est le nom de cette future épicerie qui doit voir le jour fin février rue Roger Salengro. En attendant les trois jeunes femmes enchaînent les réunions pour acheter le mobilier (qui sera entièrement réalisé par un artisan ligérien) et le stock de produits (riz, farine, mais également savon ou lessive, que des produits bio). Elles avaient un budget de 80.000 euros, mais des frais imprévus sont venus s'ajouter ces dernières semaines. Le trio a donc décidé de créer une page sur la plateforme de financement participatif Kiss Kiss Bank Bank pour recueillir 12.000 euros. L'objectif est de les avoir le 20 février. Ce jeudi matin, la cagnotte dépasse les 4.000 euros.

Jusqu'à 20% d'économie sur un produit grâce au vrac

En ce qui concerne les prix des produits, ils devraient être équivalents à ceux d'une épicerie classique, notamment grâce aux économies réalisées sur les emballage. "Le vrac permet d'économiser 15 à 20 % du prix du produit. Comme on ne va vendre que des produits bio, donc plus chers, on devrait pouvoir les proposer à des prix attractifs," assure Marion, la benjamine.