Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Inès, major de la 259ème promotion des gardiens de la paix de l'école de police de Périgueux

-
Par , France Bleu Périgord

Les élèves policiers viennent de choisir leurs affectations pour l'issue de leur formation. Ces jeunes policiers entrent dans une profession où le lien avec la population devient parfois de plus en plus difficile. Malgré tout, le nombre de candidats chaque année ne diminue pas.

Ines, major de promo cette année à l'école de Police de Périgueux
Ines, major de promo cette année à l'école de Police de Périgueux © Radio France - Thibault Delmarle

Inès termine major de la 259ᵉ promotion des gardiens de la paix de l'école de police de Périgueux (Dordogne). Dès les prochaines semaines, elle intégrera, comme ses 143 camarades, un commissariat. Elle a choisi Toulouse pour son premier poste. La jeune policière a hâte de débuter sa carrière de gardien de la paix : "c'est un métier passion, qui est vivant, où l'on découvre de nouvelles choses tous les jours et puis il y a de  l'adrénaline aussi !" s'enthousiasme la jeune policière. Cette jeune femme vient de suivre une formation de huit mois avec plusieurs stages dans des commissariats de France. 

Une défiance croissante envers le métier

Même si une majorité de Français garde confiance envers sa police, la défiance de certains devient de plus en plus importante et cette jeune génération de policiers va devoir composer avec, mais Inès ne s'en inquiète pas pour l'instant "si on entre dans la police, c'est parce qu'on a envie de faire ce métier, on a la foi !". Cette défiance plus importante qui complique le quotidien des policiers s'illustre souvent pour les futurs collègues d'Inès sur le terrain. "Le métier est extrêmement difficile, soumis aux injures, parfois aux crachats, à la violence extrême aussi !", alors le respect strict de la déontologie pour la police est une priorité pour le commissaire divisionnaire Frédéric Ménard, le directeur de l'école. Dans cette formation il fait en sorte que ses élèves "sachent se comporter avec discernement sur la voie publique quand ils seront titularisés en tant que policier".

Une campagne de recrutement lancée

"Protéger, c'est le plus beau métier", c'est avec ce slogan que le Ministère de l'Intérieur lance sa campagne pour recruter 7.500 policiers à travers la France. Même si la police dit ne pas souffrir d'une crise du recrutement, le ministère a lancé une large campagne de recrutement avec des petits clips. Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 16 juillet à 18 heures. L'école de police de Périgueux fait partie des neuf écoles de France à former les policiers.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess