Société

La Basse-Normandie pas épargnée par l’illettrisme

Par Didier Charpin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) lundi 7 septembre 2015 à 18:28

L'illettrisme rend impossible la lecture des journaux
L'illettrisme rend impossible la lecture des journaux © Radio France - Didier Charpin

L’illettrisme est malheureusement bien ancré en France. Puisqu’il touche environ 7 % de la population, soit environ 2 millions et demi de personnes. Des personnes qui, dans l'immense majorité, vivent mal cette défaillance en matière de lecture, écriture et calcul. Constats chiffrés et témoignage

Ce 8 septembre correspond au début des journées d'actions contre l'illettrisme. A ne pas confondre avec l’alphabétisation qui touche des personnes qui ne sont pas allées à l’école. L’illettrisme frappe 7 % de la population qui a suivi (ou tenté de suivre) une scolarisation en langue française. Des personnes sont pénalisées dans leur vie familiale comme dans leur parcours professionnel.

Le profil majoritaire est un homme de plus de 45 ans habitant en milieu rural. Mais derrière de « portrait classique » se cache quelques exceptions notables. Notamment pour les jeunes. Dans le Calvados, 3% d'entre-eux sortent de l’école en situation d’illettrisme. Le curseur grimpe à 5 % dans l’Orne. Des chiffres édifiants…. et pourtant ils traduisent une progression puisque les ratios étaient de 3,5 et 6 % en 2011.

Les statistiques sur les jeunes ont le mérite de la précision puisqu’elles sont établies lors des Journées Défense Citoyenneté. Des rendez-vous annuels où les jeunes qui n’ont pas le niveau baccalauréat se voient proposer des tests de français et de calcul.

A l’inverse les personnes plus âgées sont difficiles à recenser. Parce que l’illettrisme est souvent vécu comme un fardeau qu’il faut cacher. Donc elles vivent dans le "silence" avec des stratégies pour ne pas être démasquées. Cette carence n’empêche pas de travailler, 53 % des personnes en situation d’illettrisme ont un emploi, mais il s’agit d’un frein à l’évolution des carrières ou à la pérennité des emplois.

En Basse-Normandie, une dizaine d’associations spécialisées peuvent donner des cours de rattrapage. Des enseignements adaptés au besoin de chacun (vie quotidienne, vie professionnelle, écriture de formulaire….). Dans l'agglomération caennaise les personnes en situation d'illettrisme peuvent suivre des cours de remise à niveau à "l'école Parent Education" située à Hérouville Saint-Clair. Laurent Doubler, 49 ans, y est inscrit depuis 2 mois.

Laurent, 49 ans, en phase d'apprentissage de la lecture

Ce 8 septembre correspond au début des journées d'actions contre l'illettrisme. Des actions de sensibilisation et de prévention seront donc organisées toute la semaine dans la dizaine d'associations spécialisée en Basse-Normandie.