Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

A La Baule, les restaurateurs de plage ne veulent pas démonter leurs installations après l'été

mercredi 20 août 2014 à 11:03 Par Mikaël Roparz, France Bleu Loire Océan

La préfecture de Loire-Atlantique a adressé un courrier aux restaurateurs de la plage de La Baule pour qu'ils ferment leurs installations au plus tard le 12 novembre. En toile de fond les tempêtes de l'hiver dernier et les dégâts sur le littoral. Les restaurateurs de plage parlent d'un "désastre économique".

La plage de La Baule
La plage de La Baule © Mikaël Roparz -Radio France

Dans ce courrier, la préfecture demande, "pour des raisons de sécurité " aux restaurateurs de plage de "fermer " leur "établissement et de retirer tous les éléments démontables au plus tard le 12 novembre 2014 ". Le préfet prévient que si à cette date, "l'établissement est toujours ouvert au public ", le restaurateur sera verbalisé. Ce courrier du préfet vise à faire appliquer à la lettre "le décret plage" du 26 Mai 2006.

Les restaurateurs se mobilisent 

Cet hiver avec les tempêtes, "de nombreux dégâts ont affecté les exploitants de La Baule. On s'est rendu compte que le cadre juridique dans lequel ils fonctionnaient n'était pas satisfaisant" explique Emmanuel Aubry le secrétaire général de la préfecture de Loire Atlantique. "Il faut trouver une solution " insiste Jean François Gendron, le  président de la chambre de commerce et d'industrie de Nantes-Saint Nazaire.

Emmanuel Aubry le secrétaire général de la préfecture de Loire-Atlantique : "la loi est claire"

Jean François Gendron, président de la CCI Nantes-Saint Nazaire : "il faut trouver une solution"

Une pétition a été lancée ainsi qu'une page facebook. Pour les exploitants, "l’application à la lettre de ce décret serait donc un désastre économique et social pour notre station balnéaire mais aussi pour toute la presqu’île avec des centaines de licenciements à la clé et une image de la station ternie à jamais ".