Société

La belle saison du haras d'Uzès

Par Lisa Melia, France Bleu Gard Lozère lundi 12 octobre 2015 à 10:46

L'un des chevaux vendus au haras d'Uzès
L'un des chevaux vendus au haras d'Uzès © Radio France - Lisa Melia

Entre 150 et 200 chevaux vendus au haras national d’Uzès : un record ! Cette année, pour la 22e Grande semaine d’Uzès, le rendez-vous des jeunes chevaux d’endurance, les acheteurs de purs-sangs ont répondu présents.

Cette, semaine, 660 jeunes chevaux, et leurs éleveurs, se sont donné rendez-vous dans le Gard pour la finale nationale d’endurance, dans la catégorie des jeunes chevaux (entre quatre et six ans). 

Chaque année, la Grande semaine d’Uzès est l’occasion de mettre en avant l’excellence de l’élevage français

"C’est la Mecque du jeune cheval d’endurance." (Antonio Nogueira, éleveur et président de la société hippique française d’Uzès)

Les acheteurs viennent de très loin. C’est le cas de Fahiz : il représente le cheikh Mohammed ben Rachid Al Maktoum, l’émir de Dubaï, Premier ministre et ministre de la Défense des Émirats arabes unis. Un passionné de chevaux, qui achète chaque année environ 9 000 animaux, y compris dans le Gard.

Fahiz connaît déjà bien le Languedoc-Roussillon. "Les chevaux français sont parmi les meilleurs du monde, explique-t-il. En France, les éleveurs sont très consciencieux, ils travaillent beaucoup pour améliorer la race. En plus, l’environnement est adapté. Chez nous, c’est un désert."

Au total, une poignée d’acheteurs du Golfe se sont déplacés jusqu’au haras national d'Uzès. Ils représentent, pour les éleveurs, la grande majorité des acheteurs. Surtout pour les chevaux de plus de quatre ans.

Les Européens s’intéressent aux très jeunes animaux, les Dubaïotes, Qataris et Saoudiens préfèrent les chevaux plus expérimentés, "ceux qui en ont sous la selle", sourit Bénédicte Soulier.

En 2013, quelque 75 chevaux se sont vendus à Uzès. À l’époque déjà, c’était un record. Cette année, entre 150 et 200 pur-sang ont été vendus. 2015 s’annonce donc comme une très belle année pour la Société hippique française, qui fête justement ses 150 ans cette année.