Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La boulangerie de Sainte-Colombe dans le Ventoux cherche son boulanger

vendredi 29 septembre 2017 à 6:10 Par Philippe Paupert, France Bleu Vaucluse

La boulangerie du hameau de Sainte-Colombe cuit le pain depuis 1860 dans la montée du Ventoux au dessus de Bedoin. L'hiver n'est plus assez rentable. Le couple de boulangers actuels s'en va. La propriétaire de la boulangerie cherche un repreneur séduit par le four napoléonien et le Ventoux.

Le boulanger de Sainte Colombe dans le Ventoux quitte ce four à pain en service depuis 1860.
Le boulanger de Sainte Colombe dans le Ventoux quitte ce four à pain en service depuis 1860. - Sylvie Barruol

84410 Bédoin, France

Le couple de boulangers du hameau de Sainte-Colombe à Bedoin quitte sa boulangerie. Après six mois de fermeture, un couple de boulanger s'était installé en mai 2015, mais il est contraint de partir car l'hiver n'est pas assez rentable. Ce four à bois traditionnel de la boulangerie fournit depuis 1860 le pain du hameau dans la montée du Ventoux.

Pas assez de clients à la boulangerie pendant l'hiver sur le Ventoux

Un restaurant et un hôtel se fournissent dans cette boulangerie. Le boulanger assure qu'il y a suffisamment de clients durant l'été mais la structure de son entreprise ne lui permet pas de payer les charges toute l'année. La fille du propriétaire de la boulangerie reconnait que "l'été, ça marche très fort, mais l'hiver c'est très difficile de vivre."

Sylvie Barruol propose un loyer "ridicule" pour attirer un boulanger qui entretiendra la tradition du four datant de l'époque napoléonienne. Il faut régulièrement remplir de bois le four, le laisser brûler puis retirer les cendres et enfin cuire le pain grâce à l'inertie de la chaleur. Les amateurs apprécient cette cuisson lente.

"Il faut aimer travailler avec ce genre de four à bois, mais un boulanger courageux et travailleur peut tirer son épingle du jeu" - Sylvie Barruol, la fille du propriétaire de la boulangerie.