Infos

La brique de lait qui donne le pouvoir au consommateur arrive en grande surface

Par Marina Cabiten, France Bleu vendredi 14 octobre 2016 à 16:28 Mis à jour le dimanche 16 octobre 2016 à 17:25

La brique "C'est qui le patron" coûte 0,99 centimes d'euro
La brique "C'est qui le patron" coûte 0,99 centimes d'euro - C'est qui le patron

C'est une première mondiale : des consommateurs français ont créé en votant sur internet une nouvelle marque de lait. Cette brique "C'est qui le patron", qui se veut un produit équitable, arrive chez Carrefour ce lundi.

Les consommateurs au pouvoir : c'est le leitmotiv de "C'est qui le patron", entreprise qui lance ce lundi sa marque de lait dans les magasins Carrefour de Rhône-Alpes et d’Île-de-France, avant un déploiement national le 2 novembre. Le cahier des charges a été mis sur pied via un questionnaire ouvert à tous sur internet, et 50 exploitations de la Bresse qui étaient au bord du gouffre s'offrent ainsi un nouveau souffle.

Une innovation mondiale

Jamais un produit n'avait vu le jour ainsi : "C'est qui le patron" a mis en ligne en août son questionnaire, proposant aux internautes différentes options pour chaque aspect de son lait. L'initiative circule bien sur les réseaux sociaux et autour de 7.000 personnes votent. Résultat : ces Français veulent un lait produit en France, une mise au pâturage des vaches, et une rémunération juste pour le producteur. Ils préfèrent une brique en carton à une bouteille en verre et ne tiennent pas forcément au label Agriculture biologique.

Pour tout cela, les consommateurs se déclarent prêts à payer un peu plus cher : 0,99 centimes le litre, ce qui ramené à la consommation moyenne des Français représente 5 euros de plus par an.

Des producteurs sauvés de la faillite

Carrefour s'est engagé à distribuer ce lait pendant au moins plusieurs mois, ce qui assure une rentrée d'argent salutaire aux 50 producteurs de la Bresse (dans l'Ain) engagés dans l'opération. Pourquoi eux ? Martial Darbon, 57 ans et 50 vaches dans la commune de Dommartin, raconte : "Nous étions un groupe de producteurs sur le point de mettre la clé sous la porte, alors je suis allée à la rencontre des petits magasins autour de chez nous pour lancer un cri d'alerte. C'est le directeur du petit Carrefour du coin qui a fait remonter à l'échelon national, et un jour je me suis retrouvé devant le 'Mr Lait' de Carrefour France. Il m'a dit qu'il avait un projet un peu secret qui pourrait m'intéresser."

Avant, ces producteurs touchaient 0,22 centimes par litre de lait vendu à une grande centrale italienne, "une catastrophe". Avec la brique ""C'est qui le patron" ce sera quasiment le double : 0,39 centimes d'euro par litre.

Petite révolution ou utopie ?

Un produit qui permet à l'agriculteur de vivre dignement, de qualité, dont le consommateur sait tout, bref du lait équitable qui rapproche le consommateur du producteur. Au-delà des bonnes intentions, est-ce que ça peut marcher ? L'objectif affiché par "C'est qui le patron" est de vendre 7 à 10 millions de litres par an, soit l'équivalent de la consommation de 189.000 Français. C'est ambitieux, et une fois au rayon "lait" rien ne garantie que les consommateurs soient toujours enclin à payer leur brique plus cher.

Mais Nicolas Chabanne veut y croire. Il est partie prenante du projet après avoir créé le collectif Gueules cassées qui lutte contre le gaspillage alimentaire. L'association va devenir une société coopérative d’intérêt collectif (SCIC). "Producteurs et consommateurs pourront devenir actionnaires et la gestion sera totalement transparente". Il aimerait montrer aux pouvoirs publics que les consommateurs, en unissant leurs forces et avec l'aide des réseaux sociaux, peuvent réussir là où les mastodontes institutionnels (pouvoirs publics, géants de l'agroalimentaire) échouent. La crise du lait a récemment donné lieu à un bras de fer des producteurs avec Lactalis, le géant accusé d'essorer les agriculteurs avec des prix d'achat indignes. Martial Darbon espère lui aussi faire bouger les lignes, bien au-delà de la Bresse : "Si dans six mois nous montrons à Lactalis que les Français sont prêts à payer un peu plus pour que nous vivions dignement, ce sera une grande victoire."

"C'est qui le patron" a en tout cas déjà lancé deux autres projets de produits : un jus de pomme avec des producteurs alsaciens, et une pizza !

  - Visactu
© Visactu -

Partager sur :