Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La caricature fait son festival à Orléans

dimanche 5 novembre 2017 à 7:02 Par Noémie Lair, France Bleu Orléans et France Bleu

Le festival de la caricature est organisé tout le week-end à Orléans. Les visiteurs peuvent rencontrer une dizaine de dessinateurs à l'Orangerie, au jardin des plantes, entre 10 et 18 heures. L'occasion aussi de faire un point sur la place de la caricature et des dessinateurs dans notre société.

Alban et Delphine ont profité de leur rencontre avec le dessinateur Seb pour se faire caricaturer.
Alban et Delphine ont profité de leur rencontre avec le dessinateur Seb pour se faire caricaturer. © Radio France - Noémie Lair

Orléans, France

Après un an d'absence, le festival de la caricature d'Orléans est de nouveau organisé dans la ville, au jardin des plantes. Il a débuté vendredi 3 novembre et se clôture ce dimanche soir à 18 heures. Au programme : exposition, dédicaces et caricatures. Une dizaine de dessinateurs de toute la France et de Belgique ont fait le déplacement pour la 15ème édition du festival. L'entrée est gratuite.

Dès l'ouverture des portes hier, les habitués ont pénétré dans l'Orangerie du jardin des plantes, remplie de dessins. Les visiteurs ont pu visiter l'exposition puis voter pour leur caricature préférée. Chacun leur tour, ils se sont aussi assis en face d'un dessinateur pour se faire tirer le portrait.

Alexis est venu avec sa famille et ses amis pour se faire caricaturer. - Radio France
Alexis est venu avec sa famille et ses amis pour se faire caricaturer. © Radio France - Noémie Lair

Parmi les visiteurs, il y a Séverine. Elle accompagne ses enfants et leurs amis au festival. L'occasion d'avoir quelques portraits : "C'est intéressant de les voir travailler, les voir donner leur vision de nous et on rigole bien."

En quelques coups de crayons très précis, Trax dessine le profil d'Annick. - Radio France
En quelques coups de crayons très précis, Trax dessine le profil d'Annick. © Radio France - Noémie Lair

Certains sont des habitués. Pascal a emmené sa fille Zélie à quasiment toutes les éditions du festival. Ces amateurs de dessins sont ravis de pouvoir être caricaturés et de voir l'évolution des visages et des expressions d'une année à l'autre. Du côté des dessinateurs aussi, on retrouve des habitués. C'est le cas de Laurent Battistini, dessinateur de presse et invité d'honneur de cette édition.

Trois ans après les attentats, "l'esprit Charlie" a disparu

Affiché sur l'une des planches de l'exposition, un dessin représentant Cabu indique que Charlie Hebdo et ses caricaturistes sont toujours bien présents. Mais depuis quelques jours, le journal Charlie Hebdo reçoit des menaces et des insultes, notamment sur les réseaux sociaux, après la publication de sa dernière Une. Au lendemain des attentats de janvier 2015 pourtant, la liberté d'expression était portée dans quasiment toute la France. Trois ans après, dessinateurs et visiteurs du festival ne se font plus d'illusions : "l'esprit Charlie" a disparu.

L'esprit Charlie a été un effet de mode et malheureusement, c'est comme tout, ça passe" - Laurent Battistini, dessinateur

"Il est retombé comme un soufflet", commente par exemple Pascal, amateur de caricatures. "L'esprit Charlie a été un effet de mode et malheureusement, c'est comme tout, ça passe" ajoute Laurent Battistini. Le dessinateur milite pour plus d'ouverture d'esprit : "C'est un travail de tout un chacun, aussi bien les profs, les instituteurs, la famille, etc. pour expliquer les choses et une vision globale de ce qu'est une société avec toute cette tolérance qu'on a un peu tendance à oublier aujourd'hui et qu'on peut tous vivre ensemble."

"Le dessin de presse crève tout doucement"

La fin de "l'effet Charlie", un mal pour la société mais aussi pour la place des dessinateurs dans la presse : "Après l'assassinat des dessinateurs de Charlie, il y a eu un éveil et beaucoup de gens dans la presse ont dit qu'ils allaient faire travailler des dessinateurs. Franchement, on attend encore", déplore Jean-Paul Vomorin.

Une déception d'autant plus grande que les dessins disparaissent peu à peu des journaux d'après le caricaturiste. Et la profession avec :

"Il est difficile de vivre uniquement du dessin." - Le caricaturiste Jean-Paul Vomorin