Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Incendie de Notre-Dame

Incendie de Notre-Dame de Paris : la cathédrale d'Amiens aurait pu connaître le même sort en 1988

mardi 16 avril 2019 à 20:50 - Mis à jour le mercredi 17 avril 2019 à 9:34 Par Clémence Gourdon Negrini, France Bleu Picardie

L'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris a évidemment marqué les esprits. Et peut-être d'avantage ceux des Amiénois qui ont vécu le départ d'incendie qui a touché la cathédrale d'Amiens en novembre 1988. Pour Jean-Pierre Marcos, "une catastrophe avait été évitée pour la cathédrale d'Amiens".

En 1988 la cathédrale Notre-Dame d'Amiens a été victime d'un départ d'incendie
En 1988 la cathédrale Notre-Dame d'Amiens a été victime d'un départ d'incendie © Radio France - Elodie Touchais

L'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris a marqué les esprits, en France et presque partout dans le monde. À Amiens, peut-être encore davantage ceux qui ont vécu le départ d'incendie de la cathédrale Notre-Dame d'Amiens il y a 31 ans. Jean-Pierre Marcos, à l'époque directeur des affaires culturelles de la ville avait alerté les pompiers et certainement ainsi "évité le pire". Il revient sur cette journée de novembre 1988 pour France Bleu Picardie. 

Le récit de Jean-Pierre Marcos, ancien directeur des affaires culturelles de la ville. C'est lui qui a alerté les pompiers

La presse avait à l'époque titré"la cathédrale d'Amiens échappe à un feu d'enfer", se rappelle Jean-Pierre Marcos. La veille, alors qu'il allait déjeuner avec un collègue il a "aperçu de la fumée sortir de l'aile sud de la cathédrale. On est entré à l'intérieur pour vérifier. Il n'y avait pas de téléphone portable à l'époque, précise-t-il, alors on est allé dans un café pour téléphoner aux pompiers".

Cathédrale en travaux

L’événement n'avait pas fait énormément de dégât, se rappelle Jean-Pierre Marcos. "Deux ou trois camionnettes de pompiers sont venus, croit-il se rappeler. Rien à voir avec le dispositif que j'ai pu voir à Notre-Dame de Paris." Finalement, on apprendra que l'incendie était accidentel. Toujours est-il qu'il était _"lié aux travaux en cours à ce moment là dans la charpente de Notre-Dame d'Amiens"_.

Jean-Pierre Marcos était à Paris ce lundi 15 avril lorsque la cathédrale Notre-Dame a pris feu. C'est évidemment avec un regard particulier qu'il a suivi les événements : "rien ne peut dire, si on n'avait pas signalé le départ de feu, que cela ne se serait pas propagé. _On a peut être évité une catastrophe pour la cathédrale d'Amiens_. Je suis content que cela n'ai pas été le cas, conclut-il, précisant qu'il va profiter de son passage à Paris pour aller se recueillir devant Notre-Dame. 

Les autorités ont immédiatement pris conscience de l'ampleur qu'aurait pu avoir l'incendie - Radio France
Les autorités ont immédiatement pris conscience de l'ampleur qu'aurait pu avoir l'incendie © Radio France