Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire est maintenue sous surveillance renforcée

mercredi 30 mai 2018 à 17:33 Par Aurore Richard, France Bleu Berry et France Bleu Orléans

L'Autorité de Sûreté Nucléaire a pointé du doigt, ce mercredi 30 mai, des résultats insuffisants en matière de sûreté, au sein de la centrale de Belleville-sur-Loire, au cours de l'année 2017. La surveillance renforcée est donc maintenue jusqu'à nouvel ordre.

Huit anomalies et incidents ont été recensés en 2017 à la centrale de Belleville-sur-Loire.
Huit anomalies et incidents ont été recensés en 2017 à la centrale de Belleville-sur-Loire. © Maxppp - Maxppp

Belleville-sur-Loire, France

L'Autorité de Sûreté Nucléaire a fait le bilan de l'année 2017 pour les quatre centrales de la région Centre-Val de Loire, ce mercredi 30 mai. Dampierre en Burly, Saint-Laurent-des-Eaux et Chinon sont dans la moyenne nationale en ce qui concerne la sûreté. En revanche, il y a un mauvais élève avec des résultats moins satisfaisants : Belleville-sur-Loire. Située à la limite entre le Loiret et le Cher, cette centrale est donc en surveillance renforcée depuis septembre 2017. L'ASN a décidé de la maintenir jusqu'à nouvel ordre.

Il y a eu six anomalies et incidents en 2017 au sein de la centrale de Belleville. " Il peut s'agir d'une tuyauterie dégradée ou quand, en salle de commande, les opérateurs vont modifier une puissance alors qu'elle était censée rester stable ", explique Alexandre Houlé, qui travaille à la division d'Orléans de l'Autorité de Sûreté Nucléaire. 

13 inspections au premier trimestre 2018

Ces événements restent sans incidence mais ils doivent être réglés. La centrale a donc été rappelée à l'ordre, placée sous surveillance renforcée dès septembre 2017. L'ASN a en effet réalisé 13 inspections au premier trimestre 2018, alors qu'il y en avait eu seulement six au premier trimestre 2017. Cela a permis des améliorations mais pour encore plus de résultat, il faut mieux former le personnel à identifier les problèmes et ensuite, à pouvoir les résoudre. Ce travail n'a justement pas été fait en avril 2017. Une inspection a en effet révélé que du matériel était dégradé et EDF n'avait même pas identifié ce problème.

Quant à la centrale de Dampierre, entre Sully et Gien, elle obtient des résultats satisfaisants en matière de sûreté nucléaire même si elle a encore des progrès à faire dans le domaine de l'environnement. Du côté de Saint-Laurent-des-Eaux et de Chinon, en matière de sûreté, elles sont aussi dans la moyenne nationale. Toutefois, à Chinon, deux anomalies ont été signalées en 2017 et notamment, à cause d'un manque de rigueur du personnel.