Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La CGT alerte sur le sexisme à l'hôpital de Poitiers

jeudi 8 mars 2018 à 18:44 Par Marie-Coralie Fournier, France Bleu Poitou

A l'occasion de la Journée du droit des femmes, la CGT du CHU de Poitiers a manifesté ce jeudi. Le syndicat dénonce les cas de sexisme. Trois salariées ont porté plainte pour agression ou harcèlement sexuels.

Les manifestants ont porté des masques blancs devant le bâtiment de la direction du CHU de Poitiers.
Les manifestants ont porté des masques blancs devant le bâtiment de la direction du CHU de Poitiers. © Radio France - MC Fournier

Poitiers, France

Une quinzaine de militants CGT ont manifesté au CHU de Poitiers, ce jeudi 8 mars, pour la journée du droit des femmes. Ils ont arboré un masque blanc devant le bâtiment de la Direction, et respecté une minute de silence.

Le syndicat alerte sur les conditions de travail des femmes en milieu hospitalier  : précarité, horaires, inégalité de salaires.

Un questionnaire sur les violences sexistes

Il tire la sonnette d'alarme également sur les violences sexistes et sexuelles : la CGT a distribué un questionnaire sur ce thème, à chaque agent, soit 6.000 personnes. 

Sur 50 réponses, il y a vingt cas de sexisme et neuf cas de harcèlement sexuel déclarés, selon la CGT.

Trois plaintes déposées

Trois femmes ont porté plainte il y a trois ans, dans le même service : une pour agression sexuelle de la part de son chef et deux pour harcèlement sexuel par un collègue. 

Marie fait partie de ces victimes de harcèlement :"c'était des mains dans le dos au niveau du soutien-gorge, et des propositions salaces... ça a duré cinq ou six mois!"

Les trois plaintes ont été classées sans suite et les victimes ont changé de service.