Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La chasse du gibier d'eau est ouverte en baie de Somme et en baie d'Authie

samedi 4 août 2018 à 6:05 Par Pauline Pennanec'h, France Bleu Picardie

Depuis 6 heures ce samedi matin, les chasseurs en baie de Somme ou en baie d'Authie sont aux aguets, pour repérer les coulis cendré, canard siffleur ou encore canards souchet. Au total, 12 000 chasseurs samariens vont chasser jusqu'à fin janvier... voire fin février pour les oies.

Ouverture de la chasse de gibiers d'eau, à Saint-Frimin-les-Crotoy, dans la Somme
Ouverture de la chasse de gibiers d'eau, à Saint-Frimin-les-Crotoy, dans la Somme © Maxppp -

Fort-Mahon-Plage, France

La saison de la chasse du gibier d'eau est lancée, samedi 4 août. Depuis 6 heures du matin, quelques centaines de chasseurs espèrent tirer des canards et autres oiseaux migrateurs. Au total, 12.000 chasseurs samariens de gibier d'eau ont été répertoriés sur le département. "C'est une chasse emblématique, historique et ancéstrale", selon Eric Kraemer, le président de l'Union picarde des chasseurs de gibier d'eau et de migrateurs. "On chasse toute la journée, et toute la nuit, vous aurez les huttiers, ceux qui chassent les canards la nuit."

Eric Kraemer, président de l'Union picarde des chasseurs de gibier d'eau et de migrateurs

Cette année, la chasse pourrait se terminer à la fin du mois de février : une promesse d'Emmanuel Macron aux chasseurs, pour qu'ils puissent tirer des oies : "Le Président s'est engagé. Je pars du principe qu'Emmanuel Macron est quelqu'un de parole, c'est quand même le Président de la République. Je lui fais confiance", ajoute Eric Kraemer.

Des quotas au niveau national pour les oies

Un engagement oral, mais pas de décret officiel. Mais selon ses engagement, il y aura un quota à ne pas dépasser : 5.000 oies prélevées. "Il y aura un déclaratif à faire à chaque fois qu'on tue une oie. L'avantage, c'est qu'on pourra faire ce déclaratif par smartphone, et ça sera comptabilisé au niveau national. Dès qu'on arrivera à 5.000 oies, la chasse s'arrêtera", explique Eric Kraemer.

Un combat qui dure depuis des années. Jusqu'à fin février, "ça serait l'idéal" pour Baptiste, qui entame sa 11e ouverture de chasse du gibier d'eau : "On ne comprend pas pourquoi on nous embête pour quelques jours de plus alors qu'il y aurait au plus quelques milliers d'oies de prélevées en France, alors qu'aux Pays-Bas, ils en gazent plus de 100.000 par an." Un engagement oral du Président Macron que les chasseurs espèrent voir se concrétiser, à l'écrit cette fois.

Les chasseurs espèrent une prolongation de la chasse aux oies - Reportage