Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La Chenard & Walker, ancêtre du musée des 24 H, de retour après deux ans de travaux

jeudi 5 juillet 2018 à 19:42 Par Alexandre Chassignon, France Bleu Maine

C'est ce modèle qui a remporté les 24 heures en 1923 est de retour au Mans. La Chenard & Walker du musée des 24 Heures a retrouvé sa place ce jeudi. La remise en état de son moteur et de sa carrosserie ont coûté 68 600 euros.

La voiture a remonté la ligne droite des stands.
La voiture a remonté la ligne droite des stands. © Radio France - AC

Après presque deux ans de travaux, elle a retrouvé sa place au Mans. La Chenard & Walker Torpedo U3 est dans les collections du musée des 24 Heures depuis son achat par le département en 1994.

Ce modèle a remporté la première édition des 24 Heures du Mans en 1923. 95 ans après, elle roule toujours, avec un moteur et une carrosserie réparés. L'ensemble est d'origine à "70% environ" estime Francis Piquera, le directeur du musée.

Pilotage à l'oreille, à l'ancienne

La restauration menée à Champigny-sur-Marne et à Strasbourg a côuté 68 600 euros, financés en majorité par le département (40 500 €). Une compagne de financement participatif, menée en 2015, avait aussi permis de réunir 11 100 euros auprès 133 donateurs dont un tiers de Sarthois. "Du fait de sa remise en état, elle a davantage de valeur aujourd'hui" souligne Dominique Le Méner, président du conseil départemental.

Maintenant qu'elle roule, il va falloir utiliser cette mécanique. Ce n'est pas à la portée de n'importe de manipuler les "trois leviers au milieu du volant pour régler l'avance à l'allumage, c'est-à-dire le point d'étincelle de la bougie. C'est automatique sur les voitures modernes mais à l'époque les pilotes devaient suivre leur mécanique à l'oreille", précise Francis Piquera. La Chenard & Walker avait tenu une moyenne de 95 km/h aux 24 Heures 1923.