Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La cigarette à tabac chauffé, moins nocive ? "Mensonge", selon des médecins

-
Par , France Bleu

Philip Morris a lancé en France début mai un appareil à base de tabac "chauffé", l'IQOS. Il est présenté comme "potentiellement moins nocif" que la cigarette, ce que démentent les représentants de la lutte anti-tabagisme.

Le tabac chauffé, comme la IQOS de Philip Morris, une alternative pas forcément "moins nocive"
Le tabac chauffé, comme la IQOS de Philip Morris, une alternative pas forcément "moins nocive" © AFP - CHRIS J RATCLIFFE

Face au recul des ventes de cigarettes en France (-45% depuis 2000), les industriels travaillent depuis des années sur des alternatives. Après la cigarette électronique, les produits "sans fumée" font désormais leur entrée sur le marché français. Philip Morris vient de sortir en France un appareil à base de tabac "chauffé", l'IQOS, présenté par le fabricant comme "potentiellement moins nocif" que la cigarette. Un argument de vente balayé par la communauté médicale.

Le "tabac chauffé", qu'est-ce que c'est ?

Contrairement aux cigarettes électroniques, ce nouveau produit contient du tabac. Contacté par France Bleu, Philip Morris France explique que le tabac, au lieu d'être brûlé comme avec une cigarette classique, "est chauffé jusqu'à 300 degrés" selon certains dispositifs, "représentant ainsi une alternative potentiellement moins nocive que la cigarette".

Sur quelles études appuient-ils leurs propos ?

Le tabac une fois chauffé génère de la "vapeur de tabac" , sans atteindre la température de combustion (environ à 850 degrés) à l'origine de la fumée. Via cette vapeur, "les niveaux de composants toxiques - à l'exclusion de la nicotine - sont réduits en moyenne de 90 à 95% par rapport à la fumée de cigarette", toujours selon Philip Morris.

Selon le propriétaire de la marque Malboro, "la meilleure chose qu'un fumeur peut faire pour sa santé est de cesser de fumer. Mais pour ceux qui ne le font pas, nous souhaitons leur offrir un meilleur choix, une meilleure alternative à la cigarette, pour se diriger vers un monde sans fumée."

"Dire que ce sont des produits moins nocifs est un mensonge"

Interviewé par France Bleu, Yves Martinet, professeur et président du Comité national contre le tabagisme, met en garde contre ces nouveaux dispositifs. "C’est très simple, le principe du tabac chauffé reste un produit issu du tabac, et dans le tabac il y a de la nicotine, drogue la plus dure qui soit vendue sur le marché."

Il précise également qu’il "n’y a absolument aucun recul sur ces produits pour dire quels seront les effets sur la santé des consommateurs ". "Dire que ce sont des produits moins nocifs est un mensonge, chauffer le tabac n’enlève rien au fait qu’il contienne bel et bien des substances cancérigènes ".

Le professeur Martinet déplore le fait que ces produits ciblent principalement les jeunes adolescents. "Ce sont eux le cœur de cible et ce sont eux que les industriels veulent toucher ". "En élargissant leur gamme de produit, les buralistes comme les industriels visent avant tout à accroître la demande et à entretenir la dépendance des consommateurs ".

Idée également partagée par Maurice Soustiel, hypnothérapeute et ancien directeur de la coopération de l’Institut national du cancer. Pour lui, ces nouveaux procédés "restent avant tout une affaire de business dans un marché particulièrement juteux ".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess