Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Immeubles effondrés à Marseille

La colère et la peine des sinistrés de la rue d'Aubagne et d'ailleurs ne sont pas retombées à Marseille

mercredi 9 janvier 2019 à 17:46 Par Laurent Grolée, France Bleu Provence

C'était il y a plus de deux mois maintenant, le 5 novembre l'effondrement de deux immeubles de la rue d'Aubagne à Marseille. Plus de 240 immeubles évacués.

Plus de deux mois après les effondrements de la rue d'Aubagne
Plus de deux mois après les effondrements de la rue d'Aubagne © Radio France - Laurent Grolée

Marseille, France

1.800 personnes qui ont dû quitter leurs logements depuis l'effondrement de deux immeubles de la rue d'Aubagne à Marseille. Evacuations dans le périmètre de Noailles, mais aussi dans bien d'autres quartiers de Marseille. Depuis, qu'ils soient sinistrés ou familles évacuées à titre préventif, ils sont nombreux à dénoncer l'abandon dont ils sont victimes. Des familles qui ne savent pas si elles rentreront un jour chez elles, d'autres qui ignorent pourquoi elles ont été délogées.

Et une mairie de Marseille accusée au mieux d'être distante au pire de manquer cruellement d'humanité. 

Des fissures inquiétantes apparues depuis le drame du 5 novembre au 53 rue d'Aubagne que la mairie refuse d'évacuer - Radio France
Des fissures inquiétantes apparues depuis le drame du 5 novembre au 53 rue d'Aubagne que la mairie refuse d'évacuer © Radio France - Laurent Grolée
Au 53 rue d'Aubagne , 5 numéros avant le premier immeuble évacué , le témoignage de l'habitat insalubre - Radio France
Au 53 rue d'Aubagne , 5 numéros avant le premier immeuble évacué , le témoignage de l'habitat insalubre © Radio France - Laurent Grolée

La fondation Abbé Pierre se constitue partie civile

La Fondation Abbé Pierre réclame un grand plan national pour lutter contre l'habitat indigne. L'association vient de se constituer partie civile dans l'information judiciaire ouverte pour faire la lumière sur cette tragédie. Elle estime qu'il faut rénover 60.000 logements indignes par an en France. Il y en a 40 000 rien qu'à Marseille.

Arlette Fructus l'adjointe au maire de Marseille en charge du Logement, de la politique de la Ville, et de la rénovation urbaine admet que : " La fondation [...] est tout à fait dans son rôle, et qu'il est naturel que cette fondation, particulièrement vigilante sur la problématique de l'habitat indigne s'implique davantage face à ce drame."