Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société

La communauté catholique de Tours à l'épreuve de la condamnation du cardinal Barbarin

dimanche 10 mars 2019 à 6:36 Par Pierre-Antoine Lefort, France Bleu Touraine et France Bleu

Les fidèles tourangeaux sont secoués après l'annonce de la condamnation et de la démission du cardinal Barbarin. Un "coup de tonnerre" dans l'Eglise catholique, que beaucoup espèrent utile pour la suite.

La communauté catholique tourangelle exprime "son choc" après la démission du cardinal Barbarin. Pour de nombreux fidèles, elle aurait dû avoir lieu bien plus tôt. (illustration)
La communauté catholique tourangelle exprime "son choc" après la démission du cardinal Barbarin. Pour de nombreux fidèles, elle aurait dû avoir lieu bien plus tôt. (illustration) © Maxppp - MATTHIEU BOTTE/PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP

Tours, France

En ce premier dimanche de Carême, c'est un sujet qui risque de revenir ce dimanche matin dans les conversations à la sortie de la messe. La condamnation du cardinal Barbarin et cette annonce : le primat des gaules doit présenter sa démission au pape François dans les prochains jours. La justice a estimé que le cardinal Philippe Barbarin s'était rendu coupable de non-dénonciation d'abus sexuels, et l'a condamné à six mois de prison avec suris.  Ses avocats devraient faire appel dans les prochains jours, mais il a décidé de présenter sa démission au pape, une première pour un cardinal français. Au sein de la communauté catholique de Tours, c'est le choc. 

Beaucoup refusent de répondre, baissent le regard, font un simple signe de la main. Une religieuse passe et souffle "C'est triste ce qu'il se passe, pour les victimes, pour les catholiques, je ne saurais pas quoi répondre." Croisées devant la Basilique Saint-Matin, deux fidèles confirment. "Cela m'a vraiment choqué, de le voir partir ainsi, en donnant sa démission de la sorte." Ces deux femmes dénoncent certes le silence du cardinal Barbarin, mais s'étonnent de la condamnation et de la peine de prison avec sursis infligée. "Il aurait dû dévoiler (les agissements du père Preynat) dès le début. Mais ce n'est pas une raison pour le punir comme cela. Je ne suis pas d'accord. Que la loi de Dieu le punisse oui, mais pas celle des hommes.

Des fidèles qui attendaient un geste fort de l'Eglise 

Une posture qui est loin d'être partagée par tous les fidèles. Michel attendait depuis longtemps la condamnation et la démission du primat des Gaules. Celui qui se dit "plus chrétien que catholique" déplore des décennies de silence des institutions sur les questions de pédophilie. C'est ce qui l'a fait s'éloigner de l'Eglise. "Je pense que Monseigneur Barbarin aurait du démissionner depuis longtemps. Car si le tribunal l'avait relaxé, il n'aurait pas démissionné. La faute serait restée." 

Ludovic, un fidèle tourangeau, après l'annonce de la condamnation du cardinal Barbarin.

Et maintenant, quel impact pourrait avoir cette annonce au sein de la communauté catholique ? Marie, dont la foi est "intacte"  appelle à une vraie prise de conscience. "On nous dit reconnaître ses fautes. C'est ce que nous dit l'Eglise depuis toujours. A un moment, il faut accepter que des personnages de l'Eglise fassent leur méa-culpa ! Il faut préserver tous les jeunes et que les parents soient en confiance quand ils confient leurs enfants lors du catéchisme, des retraites ou de la préparation de la communion. Qu'ils soient sûrs des gens d'Eglise qui s'occupent d'eux." C'est le sens du sommet historique au Vatican qui s'est tenu fin février, sur les questions de pédophilie, qui a rassemblé des dignitaires du monde entier. 

Pour l'instant, Monseigneur Aubertin, évêque de Tours n'a pas réagi à la condamnation et à la démission du cardinal Philippe Barbarin. Dans son homélie mercredi dernier, la veille du jugement, à l'occasion du mercredi des cendres, il avait déclaré : "Ce n’est pas parce que sur le plan médiatique l’Eglise est davantage attaquée que d’autres institutions qu’elle n’a pas à regarder avec sérieux  le mal avec lequel certains de ses membres ont pu pactiser et  il faut en tirer les conséquences".