Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les Corses ont moins fumé en 2018

-
Par , , France Bleu RCFM

Les ventes de cigarettes ont chuté en 2018, - 6% contre -9,3 % sur le continent où les buralistes sont confrontés, en plus, à la concurrence transfrontalière. Ici c’est la fin du différentiel de prix prévu fin 2020 qui inquiète surtout le syndicat des débitants de tabac.

Les ventes de cigarettes ont chuté en 2018, - 6% contre -9,3 % sur le continent.
Les ventes de cigarettes ont chuté en 2018, - 6% contre -9,3 % sur le continent. © Maxppp - maxppp

Corse, France

Face aux hausses successives du prix du paquet de cigarettes, les français ont nettement réduit leur consommation de tabac l'an dernier. Selon les chiffres du fournisseur Logista France, (qui est le distributeur des buralistes) 40 milliards de cigarettes ont été livrées l'an dernier contre 44 en 2017. Le recul est exactement de 9,32 % au niveau national, 6 % chez nous

Les buralistes insulaires sauvent les meubles…

Même si le prix des cigarettes augmente régulièrement et que les politiques de santé publique sont plus fermes, le nombre de fumeurs stagne. Joseph Oliva, le président du Syndicat des Débitants de Tabac le constate, surtout en ce moment. « En début d’année, toujours, on nous dit cette fois-ci j’arrête mais les gens replongent et refument. » Alors, il y a ceux qui reprennent la cigarette et les autres qui basculent et désormais vapotent (la cigarette électronique est en forte progression). Résultat, le buraliste, s'il veut continuer son activité, va devoir muer, le bureau de tabac à l'ancienne, c'est fini. « Le métier a changé, il faut se diversifier, des débitants avec des petites surfaces ne peuvent pas tout faire mais aujourd’hui nous avons des systèmes de caisse qui vendent du dématérialisé, des timbres-poste, amendes, des relais colis aussi. _Il y a un virage à prendre, aujourd’hui il ne faut pas laisser le rural mourir_. »

Joseph Oliva qui rappelle que l’État a mis en place un fond de modernisation en faveur des buralistes. Ils sont 260 en Corse et sont, souvent dans certaines régions, le dernier service proposé à la population. Un service qui collecte des taxes. L'an dernier, ce sont 96 millions d’euros qui sont rentrés dans les caisses de la région. En 2019, les 100 millions seront dépassés. « Tout se joue sur la fiscalité, le tabac en Corse coûte _moins 25%_, on tire toujours notre épingle du jeu grâce à ça. Notre dérogation se termine en janvier 2021 et j’espère que nos politiques prennent conscience que 260 buralistes sur la région Corse ce n’est pas négligeable. »

Le 31 décembre 2020 la fiscalité dérogatoire de la Corse en matière de tabac tombera, sauf si le parlement vote le maintien du différentiel. Le syndicat des débitants de tabacs de Haute Corse a déjà sensibilisé les parlementaires. Entre économie et santé publique, le débat n'est pas clos.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu