Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La contrôleure générale des prisons favorable à l'autorisation de téléphones portables "bridés"

jeudi 17 août 2017 à 12:28 Par Thibaut Lehut, France Bleu

Adeline Hazan, contrôleure générale des lieux de privation de liberté, a plaidé ce jeudi pour que les détenus soient autorisés à utiliser des téléphones portables "bridés". Idem pour internet, avec des limites.

Des cabines téléphoniques payantes existent dans les prisons, mais les portables sont interdits.
Des cabines téléphoniques payantes existent dans les prisons, mais les portables sont interdits. © Maxppp -

Adeline Hazan s'est déclarée favorable, ce jeudi sur France Inter, à l'utilisation de téléphones portables "bridés" par les détenus. "Il ne sert à rien de les empêcher d'avoir un téléphone", a-t-elle estimé, s'appuyant notamment sur le constat que 33.000 portables ont été saisis dans les prisons françaises l'année dernière.

Favoriser la réinsertion professionnelle et sociale

"Actuellement, les détenus peuvent téléphoner à quelques numéros qu'ils déclarent, mais ils ont accès à un point-phone sans aucune confidentialité, dans la cour de promenade ou dans les coursives", a déploré la contrôleure générale des lieux de privation de liberté, qui plaide donc pour l'autorisation d'appareils "bridés". Ces derniers seraient "achetés directement à la prison" par les détenus, et ne pourraient appeler "que quelques numéros déclarés et vérifiés". "Cela fera comme les télévisions : ça avait choqué une partie de l'opinion, maintenant plus personne n'imaginerait qu'un détenu n'ait pas la télévision, qu'il paie et qu'il loue d'ailleurs", a-t-elle ajouté.

Idem pour internet qu'elle juge bon d'autoriser "de façon contrôlée" pour faciliter la réinsertion. Une porte vers l'extérieur qui pourrait leur permettre "de chercher du travail" et "de rester en contact avec leurs familles", selon Adeline Hazan. "Actuellement ils peuvent écrire sur papier et leurs lettres sont lues, et bien faisons la même chose avec internet", a-t-elle conclu.