Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 13 blessés

Société

La corrida retirée du patrimoine culturel immatériel de la France mais elle reste légale

jeudi 4 juin 2015 à 18:40 Par Frédéric Denis, France Bleu Gascogne

La cour administrative d'appel de Paris a rendu un arrêt lundi. Elle considère que le ministère de la Culture a bien retiré la corrida du patrimoine culturel immatériel de la France. Les aficionados s'étonnent, les anti-corridas crient victoire.

Manifestation anti-corrida lors de la novillada de Rion-des-Landes, en août 2013 (archives).
Manifestation anti-corrida lors de la novillada de Rion-des-Landes, en août 2013 (archives). © Maxppp

La cour administrative d'appel de Paris a rendu son arrêt ce lundi. Elle considère que "la décision d'inscription de la corrida à l'inventaire du patrimoine culturel immatériel de la France doit être considérée comme ayant été abrogée" par le ministère de la Culture.

La cour administrative d'appel de Paris avait été saisi par deux associations anti-corrida, le CRAC Europe et Droits des Animaux, déboutés en première instance, le 3 avril 2013, par le tribunal administratif de Paris.

L'audience en appel avait eu lieu le 18 mai dernier. Le rapporteur public avait demandé l'annulation de l'inscription de la corrida au patrimoine culturel immatériel de la France. Il s'appuyait pour cela sur la disparition de cette inscription sur le site officiel du ministère de la Culture. 

Les magistrats de la cour administrative d'appel de Paris suivent le rapporteur public dans son argumentation.

"Cette décision de Justice n'est pas définitive. Elle n'a aucun impact sur la légalité de la tauromachie en France"

L'avocat de l'Union des villes taurines de France s'étonne de cette décision judiciaire. Le Montois Guillaume François assure que le ministère de la Culture considérait bien, il y a encore quelque jours, que la corrida était inscrite au patrimoine immatériel de la France au même titre que la tarte tatin ou le chant des bergers basque.

Guillaume François rappelle que la corrida reste malgré tout légale en France grace à un alinéa de l'article 521 du code pénal. Une dérogation qui permet la pratique tauromachique dans onze départements en France, dont les Landes.

La réaction de Guillaume François, l'avocat de l'Union des Villes Taurines de France

L'Union des villes taurines de France et l'Observatoire des cultures taurines réfléchissent déjà à se pourvoir en cassation devant le Conseil d'Etat pour faire annuler l'arrêt de la cour administrative d'appel de Paris.

"C'est une victoire historique"

Le président du CRAC Europe, le Comité radicalement anti-corrida, parle de victoire historique. Selon Jean-Pierre Garrigues, l'arrêt de la cour admnistrative de Paris va pousser plusieurs parlementaires à soutenir la dernière proposition de loi de la député socialiste des Deux-Sèvres Geneviève Gaillard, pour faire abolir la corrida en France. Il assure qu'une centaine de députés ont déjà signée le texte.

Corrida réaction CRAC Europe