Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Vers une nouvelle crise des déchets en Corse

mercredi 25 avril 2018 à 19:18 Par Marion Galland, Hélène Battini et Thibault Quilichini, France Bleu RCFM

Les élus de la Communauté de communes du Sartenais-Valinco-Taravo ont décidé de limiter l'accès au centre d’enfouissement de Viggianello aux seules communes de l’intercommunalité. Les riverains de celui de I Prunelli di Fium'Orbu font de même. La crise pourrait être plus forte que celle de 2015.

Des ordures dans les rues de Bastia lors de la crise des déchets de 2015
Des ordures dans les rues de Bastia lors de la crise des déchets de 2015 © Radio France - Patrick Rossi

Corse, France

En voyant que le projet de centre d’enfouissement envisagé dans le Centre Corse était mal engagé, le Syvadec, l'Etat et la Collectivité de Corse auraient fait part de leur intention d'augmenter de 220 000 tonnes la capacité de stockage de Viggianello. Pour les élus de la micro région, c'est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase.

Restrictions d’accès et refus d’extension du site

Les élus ont donc voté en début de semaine, la restriction de l’accès au site, seules les 18 communes de l'intercommunalité peuvent y déposer des ordures. Les élus du Sartenais-Valinco-Taravo refusent l'extension du site afin d'y rajouter 200 000 tonnes de déchets et demandent l'application du protocole d'accord signé entre Etat, CDC et Syvadec pour ne pas réduire la durée de vie du site prévue jusqu'en 2021. 

Pour Anne Labertrandie, la seconde Vice-présidente de la communauté de communes du Sartenais-Valinco "'On arrive à la fin de l’exploitation du casier de Viggianello puisqu'il était prévu à 450.000 tonnes, on est aujourd’hui à 420.000 tonnes. On demande le respect des protocoles signés par l’Etat, la CTC et le SYVADEC qui prévoyaient de ne pas réduire la durée de vie du site, la durée est prévue jusqu’en 2021. Pour arriver jusqu’à 2021, il faut que les 30.000 tonnes qui restent soient réparties sur l’année. Si elles sont réparties sur l’année, cela correspond uniquement au tonnage enfoui par la Communauté de communes du Sartenais-Valinco." 

Anne Labertrandie, Vice-présidente Communauté de communes du Sartenais-Valinco demande le respect du protocole

Viggianello accueille 60% des ordures ménagères produites sur toute la Corse

Actuellement, le centre d’enfouissement de Viggianello accueille 60% des ordures ménagères produites en Corse et selon Anne Labertrandie, _"__Le problème qu’on a aujourd’hui avec les déchets c’est qu’à l’échelle de la Corse, on ne voit pas de solutions"et "chaque micro région de Corse a une bonne raison de ne pas accueillir les déchets. Dès qu’une solution émerge, il y a des collectifs qui se créent, il y a des riverains qui sont contre, qui déposent des pétitions et systématiquement les projets échouent. Le problème aujourd’hui c’est qu’il n’y a plus de sites ailleurs que Viggianello. On nous dit, qu'à Moltifao il y des captages d’eau, à Giuncaggio c’était aussi le cas. Nous sur le Sartenais-Valinco, on ne boit pas l’eau de pluie, nous aussi on a des captages qui sont en aval du centre d’enfouissement. Ce qui nous embête, c’est que sur les autres territoires, les gens mettent en avant de nombreux problèmes sans prendre en compte, que nous avons les mêmes sur Viggianello" _

Anne Labertrandie, seconde Vice-présidente Communauté de communes du Sartenais-Valinco

Le site de Prunelli di Fiumorbu également bloqué

Le centre de Prunelli di Fiumorbu  est bloqué depuis ce mercredi 25 Avril  par des membres d'un collectif de riverains et devrait se poursuivre. Il n'y a donc plus un seul site opérationnel, susceptible d'accueillir les centaines de tonnes d'ordures générées chaque jour en Corse. Si le maire de la commune, Pierre Siméon de Buochberg comprend, il n'est pas tout à fait d'accord avec le blocage : "c'est inutile car cela va bloquer toute la Corse, mais on ne va pas accepter des déchets supplémentaires"

Crise des déchets: Pierre Siméon de Buochberg maire de Prunelli di Fiumorbu

Une crise des déchets et toujours pas de solutions

Aucune solution d'urgence n'est pour le moment évoquée. La Collectivité de Corse et l'Etat prônent le dialogue pour tenter de sortir de la crise. Du coté des communes on s’organise comme on peut et les communautés d'agglomérations en charge de la collecte des déchets en appellent donc à la responsabilité de chacun, à l'image de la Capa à Ajaccio qui invite à trier encore plus ou composter et prévoit d'accentuer les collectes en porte à porte. 

La solution d'urgence vers laquelle nous devrions nous acheminer devrait être la mise en balles des ordures mais là aussi la réquisition administrative de sites de stockage comme St Antoine à Ajaccio ou Teghime à Bastia est nécessaire au ramassage des ordures, ce qui n'est pas encore décidé. A Bonifacio le maire de la commune, Jean-Charles Orsucci a déjà annoncé le stockage à l'ancienne décharge de Balistra avec regret, "un retour en arrière de 30 ans" selon l'élu.

François Sargentini le Président de l’office de l’environnement préfère privilégier le dialogue. Pour lui,  "on ne peut pas rejeter d’un territoire à l’autre la problématique et c’est à nous tous en commun de trouver une issue à ce problème qui empoisonne la Corse depuis longtemps"

Et le plan déchet dans tout ça ? 

Annoncé comme une priorité par les nationalistes fraîchement élus en 2015, la présentation du plan déchet aura été retardée jusqu'en mai 2016 pour une application dont on attend encore les principales annonces : 2 centres de tri mécano biologique près des lieux de production ainsi que les centres de stockages nécessaires. En 2002 le premier plan de gestion des déchets de l'île était présenté à l'Assemblée de Corse, abandonné en 2008 avec l'incinérateur. 10 ans plus tard la Corse reste la seule région de France à s'être préservée de l'outil.