Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La Corse, une île où le pétrole rapporte gros ?

lundi 11 février 2019 à 18:27 Par Patrick Rossi, France Bleu RCFM

Les prix des carburants, encore et toujours ! Pourquoi sont-ils si élevés en Corse ? Quelles justifications ? Quelles mesures pour réduire l'écart entre les tarifs pratiqués en Corse et sur le continent ? Des questions, nombreuses, qui ne trouvent pas toujours de réponses convaincantes.

Les prix des carburants en Corse à l'origine de nombreuses interrogations.
Les prix des carburants en Corse à l'origine de nombreuses interrogations. © Maxppp -

Corse, France

C'est le sujet d'actualité depuis de très longues semaines. C'est celui qui a fait descendre des milliers de gilets jaunes dans les rues. La flambée des prix des carburants, la goutte "de pétrole" qui a fait déborder le vase. Un point de contestation majeur qui a fait boule de neige, entraînant avec lui de nombreuses revendications dénonçant la cherté de la vie. L'explosion nationale s'est produite le 17 novembre 2018. La flambée des prix a enflammé le peuple.
En Corse, pas d'explosion. Mais le feu couve depuis juillet 2018. Son origine est même bien plus ancienne. Et les braises sont chaque jour plus vives. Le collectif citoyen contre la cherté des carburants en Corse a décidé de passer à l'action. Pas d'occupation, pas de manifestation. Non ! La simple étude de données rendues publiques suffit ... à se poser plus de questions encore sur des écarts de tarifs entre la Corse et le continent qui ne cessent de croître depuis 1985.

Fuite des capitaux ?

Des écarts dont les explications sont peu convaincantes. Le collectif citoyen a ainsi porté ses efforts sur l'année 2018 et les résultats des dépôts pétroliers de la Corse. Invité du club de la presse de RCFM, Frédéric Poletti, vice-président du collectif explique : "Rubis, avec 75% des parts, est l'actionnaire majoritaire des dépôts pétroliers de la Corse et détient par ailleurs 64 des 130 stations-service de l'île. Nous nous sommes aperçus que l'évolution de leurs chiffres est assez éloquente. Les dividendes de Rubis ont augmenté entre 2012 et 2017 de 218%. Ils sont reversés aux actionnaires qui ne sont pas en Corse ... en 2017 on note 7,620 M€ de dividendes retirés à la sphère économique insulaire. Cela pose un gros problème dans une économie qui est par ailleurs assez fragile. Nous sommes aujourd'hui face à un acteur, Rubis, qui construit petit à petit un monopole. C'est une stratégie que Rubis développe dans tous les marchés de niche du monde. Pour nous se pose aujourd'hui la question de l'augmentation de l'écart avec le continent, de l'augmentation des dividendes".

Frédéric Poletti, le vice-président du collectif citoyen contre la cherté des carburants en Corse

Les arguments avancés lors du club de la presse de RCFM avaient déjà été évoqués en novembre dernier. La direction des dépôts pétroliers de la Corse y avait même apporté certains éléments de réponse qui semblent peut-être insuffisants à ce jour. 

Baisse de TVA et suppression de la TGAP

La problématique des prix des carburants en Corse est abordée à chacune des réunions de travail de la conférence sociale. Elle a gagné aussi la chambre des territoires. Les élus ont planché sur le sujet. Et Gilles Simeoni, disposant de données un peu plus précises, a expliqué que "le différentiel avec le continent, si l'on ne tient pas compte des prix pratiqués dans les grandes surfaces, serait de l'ordre de 3 à 4 centimes plus cher en Corse". Le président du conseil exécutif de la collectivité de Corse propose donc, pour faire baisser les prix, d'actionner le levier fiscal, c'est à dire une baisse de la TVA comme dans les TOM et, la suppression de la TGAP, la taxe générale sur les activités polluantes.