Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La Coupe du monde "a vidé les salles de cinéma"

mardi 17 juillet 2018 à 18:35 Par Zoé Boiron, France Bleu Isère

La Coupe du monde de football, moteur de l'économie ? Pas pour tout le monde. Pendant un mois, les salles de cinéma ont été désertées. Lydie Ratajczyk, programmatrice chez MC4 Distribution et exploitante d'une salle à Saint-Marcellin (Isère) avec son époux, a bien été obligée d'en prendre acte.

 Certains gérants de salles ont pris la décision de fermer le jour de la finale France-Croatie, dimanche 15 juillet.
Certains gérants de salles ont pris la décision de fermer le jour de la finale France-Croatie, dimanche 15 juillet. © Maxppp -

Saint-Marcellin, France

Si les bars ont fait le plein, la Coupe du monde "a vidé les salles" obscures. Les premiers à avoir boudé le septième art sont les jeunes, de 15 à 25 ans. "Tous ceux qui regardent les comédies ou les films d'action" étaient plutôt devant leur écran de télévision, à guetter les buts, selon Lydie Ratajczyk, programmatrice chez MC4 Distribution. 

Le seul film qui a réussi à tenir tête aux Bleus de l'Equipe de France est le deuxième opus des Indestructibles "car le film était suffisamment fort pour _attirer quelques familles_. On a aussi réussi à garder les personnes âgées et la cible des cinéphiles, mais sinon c'était désert", raconte celle qui gère aussi la salle Les Méliès à Saint-Marcellin.

Après des mois de juin et juillet difficiles, certains gérants de salles ont pris la décision de fermer le jour de la finale France-Croatie, dimanche 15 juillet. A l'image de celle d'Embrun (Hautes-Alpes) qui, pourtant est normalement "sur sa forte saison". Lydie l'a imitée, et "heureusement, car les cinémas dans les petites villes sont souvent sur la place centrale, et je peux vous dire qu'à 19 heures, c'était un florilège de voitures, de sifflets, de fumigènes et il aurait été impossible de projeter dans de bonnes conditions. Le bruit se serait répercuté jusque dans les salles". 

La Coupe du monde n'est pas l'unique facteur. Il faut aussi prendre en compte la météo, et "l'actualité cinématographique n'était pas très porteuse", rappelle Lydie. 

"Dimanche, c'était football, pas cinéma", conclut-elle, fair-play.

Reportage : les gagnants et les perdants du Mondial de football 2018