Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La course d'enduro moto "la plus dure du monde" est de retour en Limousin

-
Par , France Bleu Creuse, France Bleu Limousin

Ils sont 200 au départ, mais combien à l'arrivée ? Quasiment 20 ans après sa disparition, la Gilles Lalay Classic renaît de ses cendres La course d'enduro moto réputée la plus dure du monde revient sous le nom d' "Extrême Peyratoise".

Les meilleurs pilotes français seront là (photo d'illustration)
Les meilleurs pilotes français seront là (photo d'illustration) © Maxppp - PHOTOPQR/LE PROGRES/Frédéric CHAMBERT

C'est un événement dans le monde de la moto. La résurrection  d'une épreuve mythique disparue il y a presque 20 ans, en 2001. "Quand on a vu l'engouement des inscriptions qui sont parties en 10 minutes, on s'est dit que cela confirmait ce que l'on avait un peu imaginé" confie Catherine Lalay, la présidente du moto club peyratois. 

A Peyrat-le-Château, des passionnés redonne vie à la "Gilles Lalay Classic", une course qui revient sous le nom de "l'Extrême Peyratoise".

200 pilotes prennent le départ, à 6 h ce samedi matin du village d'Auphelle, sur les bords du lac de Vassivière. Seule une poignée sans doute seront à l'arrivée ce soir à Peyrat-le-Château, après avoir franchi la mythique "montée du corbeau mort".

200 kms, 200 pilotes, mais très peu à l'arrivée

L’épreuve attire les cadors de la discipline et des concurrents de la France entière. 

Jonathan Montgarny vient lui du club de Boussac. Cette course, il l'a connu tout jeune. Première expérience à 14 ans sur une 50 Cm3. Il revient s'y frotter à l'age de 38 ans sur une vraie moto d'enduro de 350 Cm3 , et oui pour lui c'est bien la course "la plus dure du monde":

"Déjà par sa longueur, on va rouler jusqu’à midi, et puis on reprend de 15h jusqu'à 21h. Tout ça sur du hors pistes, dans des ornières, il n'y a jamais de répit. Il y'a toujours des pierriers, des marches, des montées, des descentes. On   va aller au bout physiquement. "

"Il n'y a jamais de répit" la course racontée par Jonathan Montgarny

"C'est l'enfer" 

"Je ne sais pas combien pourront finir cette épreuve", poursuit le pilote creusois.

Jonathan Montgarny a pourtant un joli palmarès avec plusieurs participation au Trophée Andros ou a l'enduro du Touquet , mais il le reconnait sans peine " je ne pense pas que je pourrai terminer. Cette course c'est l'enfer ! Je vais essayer d’être dans les 100 premiers le matin pour être qualifié pour l'après midi.. mais si je boucle un tour du circuit ce sera déjà très bien."

Jonathan Montgarny, dossard N° 185  compte sur un coup de main du public. Les spectateurs peuvent en effet aider les coureurs à se dégager des ornières, ou à relever leur moto. 

Tous les hébergements autour de Peyrat-le-Château ont été pris d'assaut. Dans ses belles années, la  Gilles Lalay Classic attirait jusqu'à 10 mille spectateurs sur le bord des pistes. 

Le plus gros des troupes sera massé en fin de journée dans "la montée du corbeau mort" . Un "mur" qui ponctue cette épreuve, et que seuls les plus valeureux pourront affronter en fin de journée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu