Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le coronavirus relance l'intérêt pour les jardins partagés en Vaucluse

-
Par , France Bleu Vaucluse

Avec le confinement printanier et le regain d’intérêt pour l’agrilocal, beaucoup d’entre nous ont expérimenté le potager domestique. Mais les jardins de ville et les terrasses ont leurs limites qu’un jardin partagé permet de dépasser.

Damien Baillet et Mounia une nouvelle venue à surikat.co, le jardin partagé de l'île de la Barthelasse où veille la chienne Poppy
Damien Baillet et Mounia une nouvelle venue à surikat.co, le jardin partagé de l'île de la Barthelasse où veille la chienne Poppy © Radio France - Jean-Pierre Burlet

Sur l'île de la Barthelasse, l'association "Surikat" a dû refuser des inscriptions au printemps et a décidé de pousser les murs pour accueillir de nouveaux jardiniers. Avec la crise sanitaire, on observe un regain d'intérêt pour l'agrilocal. 

Cet automne, le nombre de parcelles a été multiplié par deux

Contrairement à l’habitude, ces jardins ne sont pas carrés mais longs et étroits, 35 mètres carrés quand même ! Le terrain est certifié bio, le sol aéré, le goutte à goutte installé et les gros outils à disposition. Il suffit donc de venir avec sa pelle, sa binette, son trident et ses graines. 

Pas de profil type, seulement un intérêt partagé pour le maraîchage

Damien Baillet gère ces jardins partagés sur les terres où il fait pousser les légumes qu'il vend dans le circuit des magasins bio avignonnais. L'inscription à l'association s’élève à 200 euros mais une déduction fiscale permet de ramener cette somme à 68 euros. Pour joindre l'association consultez le site surikat.co .

Choix de la station

À venir dansDanssecondess