Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La crise sanitaire isole encore plus les personnes âgées d'après les Petits Frères des Pauvres

-
Par , France Bleu
France

Dans un nouveau rapport, l'association Les Petits Frères des Pauvres étudie les conséquences de la crise sanitaire chez les seniors, avec une répercussion manifeste sur les liens sociaux et le sentiment de solitude. L'image de la "vieillesse" se dégrade.

Les personnes âgées plus que jamais isolées pendant la crise du covid-19.
Les personnes âgées plus que jamais isolées pendant la crise du covid-19. © Radio France - Stephane GARCIA

La crise aura des répercussions à court, moyen et long terme. C'est l'un des enseignements du nouveau rapport des Petits Frères des Pauvres sur l'isolement des personnes âgées et les répercussions de la pandémie. Après une première étude au mois de juin dernier, cette nouvelle analyse fait intervenir professionnels de santé, bénévoles, aidants, pour analyser ce qui a changé depuis le premier confinement en mars 2020 et au fil des restrictions et déconfinements.

Lors du premier confinement, 720 000 personnes âgées n'avaient eu aucun contact avec un membre de leur famille et 650 000 n'avaient trouvé personne à qui parler.

Le manque de contact humain

Ce qui bouleverse le plus les aînés, c'est le manque de contacts : la perte de peau à peau, de marques d'affection est vécue comme une privation, comme pour Honoré, dans les Hauts-de-France :

On n’a pas le droit de s’embrasser, on n’a pas le droit de se serrer la main, de loin quoi. Oui ça me manque. Ça me manque beaucoup. - Honoré, 60 ans

Ce manque de "corporalité" s'est estompé huit mois après la sortie du confinement : la plupart des Français interrogés avaient de nouveau pu voir des proches de visu, et ceux qui vivent en EHPAD saluent le travail des personnels de santé. La perspective des retrouvailles a aidé à estomper le sentiment d'isolement. Mais un fossé s'est creusé entre grands-parents et petits-enfants, notamment les tout-petits. 

Une vision très négative de la vieillesse

Selon les acteurs interrogés, cette crise a encouragé l'association entre "personnes âgées", "EHPAD" et "perte d'autonomie". La gestion de la crise et son traitement dans les médias ont renforcé l'idée que nos aînés sont dépendants, voire qu'ils seraient un poids

Une honte pour Armelle, 61 ans, en région parisienne : "Certaines personnes ont l’audace de dire qu’on ne peut pas laisser l’économie du pays sombrer pour les grands-parents. Mais il y a une façon de le dire, personne ne dit qu’il faut laisser l’économie de la France s’effondrer pour les personnes âgées. (...)" et d'ajouter :

Dire que les personnes âgées, ce sont des personnes qui ont atteint le quota de la vie, pour moi c’est triste. Les personnes âgées ont toujours été les mal-lotis et considérées comme des personnes qui embarrassent. - Armelle, 61 ans

En parallèle, cette mise en lumière par les médias a permis de déclencher une vague de solidarité sans précédent, que ce soit via les associations ou en déclenchant des appels au sein de la "cellule familiale". 

Les 10 préconisations des Petits Frères des Pauvres 

  1. Agir contre les risques de fracture entre générations passe par un changement de regard sur la vieillesse.
  2. Répondre aux enjeux de la longévité rend une politique nationale de prévention et de compensation de la perte d’autonomie incontournable.
  3. Mettre en place une politique durable de soutien au maintien à domicile.
  4. Améliorer l’offre d’habitat pour personnes âgées en développant l’habitat alternatif et en priorisant l’approche domiciliaire dans les EHPAD.
  5. Soutenir et valoriser l’engagement citoyen et les initiatives intergénérationnelles.
  6. Favoriser une meilleure communication des actions publiques concernant les personnes âgées (cinquième risque, loi Grand Age et autonomie), à l’échelle des CCAS et dans les établissements.
  7. Intégrer les solutions "à distance" comme un instrument et non comme une fin, dans une logique de réponse globale au maintien du lien social.
  8. Intégrer la santé psychique et mentale dans les consultations des médecins généralistes.
  9. Construire une vraie politique de réponse à une crise sanitaire.
  10. Considérer le maintien et la construction du lien social comme une mission essentielle des acteurs publics sur les territoires.
Choix de la station

À venir dansDanssecondess