Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Agglomération nantaise : les déchetteries toujours prises d'assaut trois semaines après leur réouverture

Par

Une heure et demi d’attente pour jeter ses déchets recyclables : trois semaines après leur réouverture, les écopoints et les déchetteries de l'agglomération nantaise sont pris d’assaut par les particuliers.

 Mardi midi dans la file d'attente pour la déchetterie de Rezé.  Mardi midi dans la file d'attente pour la déchetterie de Rezé.
Mardi midi dans la file d'attente pour la déchetterie de Rezé. © Radio France - Pascale Boucherie

Ce mardi midi à Rezé, plus de soixante voitures se trouvaient en file indienne dans la file d'attente pour la déchetterie. C'est l'effet confinement. Rouverts le 4 mai, accueillant de nouveau tous types de déchets depuis le 11 mai, les écopoints et déchetteries de l'agglomération nantaise ne désemplissent pas.

Publicité
Logo France Bleu

Nombre de véhicules limités : trois en déchetterie, deux en écopoint

Pare-choc contre pare-choc, au rythme des moteurs qui redémarrent puis s‘arrêtent, le coffre ou la remorque débordant de déchets recyclables, les automobilistes patientent :

C'est long. Même en fin de matinée il y a beaucoup de monde. Une heure et demi d'attente, il faut prendre son mal en patience.

Certains viennent pour la 6e ou 7e fois d’affilée.

Les pelouses commencent à sentir dans les sacs. Quand on a dix ou douze sacs, il faut s'en débarrasser.

Chacun a une bonne raison de ne pas reporter son déplacement à la déchetterie :

On rattrape ce qu'on n'a pas jeté pendant le confinement

Après une heure et demi d'attente, le soulagement vient avec Marc, agent de sécurité, un cône de signalisation en guise de porte-voix, il assure le compte-goutte. Pas plus de trois véhicules à la fois en déchetterie, deux en écopoint.

Marc, agent de sécurité devant la déchetterie de Rezé. Il indique à ses collègues le contenu des véhicules avec ce porte-voix improvisé. © Radio France - Pascale Boucherie

Le masque n’est pas obligatoire, mais les automobilistes sont nombreux à le porter.

loading

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu