Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La démolition du site des 100.000 chemises à Châteauroux a commencé

jeudi 25 janvier 2018 à 9:09 Par Sarah Tuchscherer, France Bleu Berry

C'est une page de l'histoire industrielle de Châteauroux qui se tourne : l'ancienne usine de confection des 100.000 chemises a commencé à être démolie. Des logements seront bientôt construits à la place.

Les anciens éléments (charpente, tôle...) sont triés. Ils seront ensuite recyclés.
Les anciens éléments (charpente, tôle...) sont triés. Ils seront ensuite recyclés. © Radio France - Sarah Tuchscherer

Châteauroux, France

Un chantier colossal a commencé, à deux pas du centre-ville de Châteauroux : celui de la démolition de l'ancien site des 100.000 chemises. Jusque dans les années 90, des centaines d'ouvrières y travaillaient. Après la liquidation de l'entreprise en 2004, le terrain a été racheté par l'OPAC 36. Le bailleur social a comme projet la construction d'une soixantaine de logements, d'une maison de santé et d'un plateau commercial. La Mutualité française a aussi prévu de s'implanter sur le site. 

L'entrée du chantier, rue de Strasbourg. - Radio France
L'entrée du chantier, rue de Strasbourg. © Radio France - Sarah Tuchscherer

L'ancienne usine entièrement rasée

Mais avant de reconstruire, il faut faire table rase. La quasi-totalité des anciens bâtiments, à l'exception de la maison du directeur et des façades des anciens bureaux donnant sur la rue de Strasbourg, vont être démolis. Le reste ne pouvait pas être conservé, explique Richard Peze, directeur du développement à l'OPAC : "Les locaux sont dans un état plus que médiocre et thermiquement il n'y a rien à reprendre sur ce genre de constructions-là."

Une soixantaine de logements d'ici trois ans

Une petite dizaine d'ouvriers sont mobilisés pour cette étape de la démolition. Elle devrait durer jusqu'à fin mars. Puis, au printemps débutera la construction des nouveaux bâtiments. Pour l'OPAC, l'investissement dépasse les 7 millions d'euros. Son directeur général, Pascal Longein, n'est pas inquiet quant à la recherche de futurs locataires : "La demande n'est pas forte mais elle est là. Nous allons faire labelliser un tiers du projet en habitat senior services. Nous allons aussi proposer des appartements de petite taille car aujourd'hui on en manque." La fin du chantier est prévue en 2021.

Pascal Longein devant l'ancienne maison du directeur. Elle ne sera pas détruite.  - Radio France
Pascal Longein devant l'ancienne maison du directeur. Elle ne sera pas détruite. © Radio France - Sarah Tuchscherer
Ces bâtiments, aujourd'hui à l'abandon, servaient à la confection des chemises. - Radio France
Ces bâtiments, aujourd'hui à l'abandon, servaient à la confection des chemises. © Radio France - Sarah Tuchscherer
L'intérieur a quasiment été vidé. - Radio France
L'intérieur a quasiment été vidé. © Radio France - Sarah Tuchscherer
Les murs de pierre et la structure métallique qui recouvre le tout ne posent aucun problème à l'entreprise chargée de leur démolition. - Radio France
Les murs de pierre et la structure métallique qui recouvre le tout ne posent aucun problème à l'entreprise chargée de leur démolition. © Radio France - Sarah Tuchscherer